Mais qu’est-ce qui coince avec la caisse enregistreuse électronique?

Boudée par l’horeca, critiquée par le Conseil d’Etat, la «caisse blanche» connaît une série noire. Itinéraire d’une loi amendée d’avance.

051a8b9f9a0cb351a21441dd8a6487b4_xl

L’installation obligatoire de cette caisse enregistreuse électronique -sorte de mouchard 2.0 censé stopper le black chez les restaurateurs- dès le 1er janvier prochain devrait rapporter plus de 260 millions d’euros à l’Etat. C’est pourtant loin, très loin, d’être gagné d’avance. D’abord parce que les restaurateurs, eux-mêmes, ne cessent de la bouder. Au point de se liguer secrètement pour fomenter un putsch? L’idée de commander cette caisse blanche en masse à la dernière minute afin de provoquer des retards monstrueux bruisse en tout cas sur les zincs de la capitale… A quatre mois de son obligation légale, ils seraient d’ailleurs à peine 20% à l’avoir déjà installée. Foutu d’avance.

D’autant que la Fédération «Ho.Re.Ca» Bruxelles a déposé un recours devant le Conseil d’Etat contre l’arrêté royal instaurant ce système de flicage. En cause, le manque de soutien de la part des autorités qui laissent l’installation –et son coût de 4.000 euros- à la seule charge des établissements. En cause aussi, l’obligation de se soumettre à cette caisse si on réalise plus de 10% de son chiffre d’affaires en restauration.  Un dernier point que l’auditeur du Conseil d’Etat vient d’ailleurs de considérer comme injuste car contraire au principe constitutionnel d’égalité. 

No stress, rétorque alors Johan Van Overtveldt, ministre en charge de la Lutte contre la fraude. «Cette loi date de la législature précédente et on va donc la réparer.» Reste que pour la deadline du 1er janvier 2016, cela commence à sérieusement sentir le sapin. Alors, plutôt que de s’évertuer à poser un mouchard dans tous les restos –tant qu’à faire, pourquoi l’Etat n’installerait-il pas des caméras dans chaque entreprise du pays?- ne ferait-on pas mieux de concentrer le peu d’énergie politique afin de trouver une solution pour alléger les charges dans le secteur, par exemple? Histoire de lutter, ensemble et avec le sourire, contre le black dans l’horeca. Impossible?   
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité