Tournai: Réfugiés bienvenus!

Dans un élan de solidarité unique en Belgique, des centaines d'habitants se sont organisés pour accueillir une partie des milliers de demandeurs d'asile qui déferlent actuellement sur l'Europe. Cap sur Tournai. Exemplaire.

screen_shot_2015-09-02_at_16

Tournai, Hainaut occidental, 18h00. C’est l’effervescence ce mardi 1er septembre à la Caserne St Jean. Une foule importante de membres de la Croix Rouge de Belgique et de bénévoles se presse fébrilement dans la cour de l’ancienne place forte militaire reconvertie en centre d’accueil. Quatre équipes de télévision et une dizaine de journalistes sont présents. Le premier convoi des 480 demandeurs d’asile qui sont attendus dans la cité des Cinq Clochers est sur le point d’arriver. Combien seront-ils? On parle d’une centaine. Des Irakiens, des Afghans, des Syriens, des gens originaires de l’Afrique subsaharienne. Des familles, des enfants de 2 ans, 4 ans, 8 ans. Des femmes seules, des hommes seuls.

Les informations dont disposent les responsables locaux varient. On sait qu’il y aura en gros la moitié de familles, l’autre moitié de gens isolés. On sait aussi qu’ils doivent être fatigués: ils ont dormi à la belle étoile dans les espaces publics voisins de l’Office des Étrangers à Bruxelles. Et comme un peu partout en Belgique, il y pleut. Dans la caserne tournaisienne, une antenne médicale d’urgence est donc prête à accueillir les éventuelles victimes de la météo capricieuse des derniers jours. Une collation – gâteaux, eaux, boissons chaudes – attend également d’être distribuée par les secouristes de la Croix Rouge. Un accueil « classique ». »Je n’ai jamais vu cela » commente pourtant un journaliste de France 3, un vieux de la vieille qui officie depuis plus de 30 ans pour la télé française. Ce qui interpelle le vieux routard de l’information, ce sont les dizaines de banderoles souhaitant la bienvenue aux futurs arrivants, les fleurs récoltées et disposées dans les chambres des demandeurs d’asile et le système de parrainage individuel organisé par une association locale.

« Tournai Refuge », une plateforme citoyenne créée au mois d’août par Fred Wilbaux a réuni en moins de trois semaines plus de 500 bénévoles qui apporteront leur soutien au demi-millier de migrants attendus dans les semaines à venir. Juristes, médecins, professeurs, traducteurs, retraités de toute profession, actifs de tous secteurs accompagneront dans sa sortie du tunnel une population qui pour beaucoup vient de vivre un véritable cauchemar. « C’est autre chose que les coups de matraque, les slogans racistes ou les incendies volontaires » commente un bénévole qui tient fiérement un calicot déclamant un « Peace » joyeux et coloré. « Les propos haineux sur les réseaux sociaux, les manifestations anti-migrants, les familles qu’on disperse aux frontières, c’est une véritable honte » ajoute son voisin, évoquant l’actualité récente. Une sirène de police retentit au loin, un bus freine tout près. « Ils sont là » se murmure la foule de bouche en bouche. Une haie d’honneur se forme, alors, dans un silence troublé d’applaudissements. A voir l’émotion incrédule qui se lit sur le visage des 86 premiers demandeurs d’asile qui débarquent en cette fin de journée, oui, l’accueil des Tournaisiens, c’est vraiment autre chose que des grenades lacrymogènes. Chapeaux bas!

Revoir le reportage de NoTele

Sur le même sujet
Plus d'actualité