Dieu est arrivé près de chez vous

Conte moderne, Le tout nouveau testament de Jaco Van Dormael est absurde, fantastique et, au final, jubilatoire.

illu_036_immanquables5

Donc, selon Jaco Van Dormael, Dieu existe, et c’est un salaud! Odieux autant que violent avec sa femme et sa fille (la toute jeune Pili Groyne, déjà aperçue sous les traits de la fille de Marion Cotillard dans le Deux jours, une nuit des frères Dardenne), il va s’attirer les foudres de cette dernière. Qui va lui faire payer son comportement en recrutant des apôtres tout neufs pour réécrire l’Ancien Testament.

Bref, après le drame touchant et surréaliste sur les bords (Toto le héros), le tire-larmes bien senti (Le huitième jour) ou la science-fiction transformée en gloubiboulga indigeste et new age (Mr. Nobody), Jaco Van Dormael signe un grand moment de délire cosmique et de surréalisme à la belge. Dès le début, il plante le décor en même temps que quelques banderilles dans le dos des réfractaires à son monde. Qui passeront leur chemin, en courant sur l’eau, de préférence, ça ira plus vite… Car il est clair que le cinéaste belge se crée, film après film, un univers de plus en plus personnel.

Ici, nous en sommes donc quittes pour les fleurs kitschissimes et animées déjà vues dans Toto, une apparition de Pascal Duquenne du Huitième Jour, et une chanson signée Charles Trenet (en l’occurrence La mer, alors que c’était déjà son Boum! qui irriguait Toto le héros).  Mais, surtout, outre son histoire agitée du bocal mais tout à fait maîtrisée, ce Tout nouveau testament utilise parfaitement son casting rutilant. Ne se contentant pas d’aligner les noms ronflants. Mais leur dénichant à tous une parfaite utilité. De Benoît Poelvoorde impérial dans le rôle du grand maître avec barbe de trois jours et peignoir piqué dans le dressing de La clinique de la Forêt-Noire, à celui de son épouse (Yolande Moreau) soumise, silencieuse, dont le seul but de la journée est de compléter compulsivement sa collection de vignettes de joueurs de base-ball.

En passant, bien entendu, par des apôtres totalement allumés et décalés. On retrouve donc, entre autres, Catherine Deneuve. Qui n’hésite pas à caricaturer sa propre image froide et hautaine. « Je l’avais trouvée épatante dans une interview à la télévision, où elle prenait position pour le mariage pour tous. Elle n’a pas froid aux yeux. C’est quelqu’un qui est toujours à 100 %. Et elle l’a encore prouvé ici, allant bien au-delà de ce que Jaco lui demandait », s’extasie François Damiens. Touché lui aussi par la grâce. Au poste d’un ex-serial killer rangé des coups de feu pour cause de coup de foudre.

Et puis, deuxième très bon point: même si le film connaît une sorte de ventre mou au milieu, avec certains gags juste dignes de feintes de fin de communion assenées par un tonton un rien trop torché, son début effréné (avec un gag par minute!) et son final en sprint façon farce philosophique le rendent plus efficace que n’importe quel antidépresseur.

> LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT, réalisé par Jaco Van Dormael.

Avec Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, François Damiens – 105’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité