Le Gorafi ferme ses portes. Une ultime mauvaise blague?

Site parodique qui avait transformé le genre de la news potache et détournée en une arme parfois subtile toujours efficace de conscientisation massive vis-à-vis des travers des médias et ... de ceux qui les consomment.

screen_shot_2015-08-31_at_09

« Le Gorafi, c’est fini. Merci pour votre fidélité ». C’est en ces termes sibyllins, sans fleurs, couronnes ni feuille CSS pour habiller la news, que le Gorafi a terminé son histoire démarrée en  mai 2012. Ou en tout cas, tente de nous le faire croire avant une nouvelle pirouette? On les imagine déjà à la rédaction du Gorafi en train de se tordre de rire en consultant Google News et en voyant tous les médias parler de la fin du média qui se moquait d’eux dans les grandes longueurs.

Combien de partages sur Facebook de news du Gorafi en étant persuadé que c’était vrai? Comme, à ses tout débuts, quand ils ont fait croire que David Guetta souffrait de surdité depuis des années et que ceci expliquait cela. Ce fut une des premières bonnes blagues du Gorafi.

En 2014, Christine Boutin, toujours un peu farce, s’était laissée aller à citer un article du Gorafi, totalement incompréhensible, comme référence à son combat contre la Loi sur la Famille en France. Ridiculisée en direct sur BFMTV, elle doit encore aujourd’hui maudire le Gorafi.

Ce qui fai(sai)t la marque de fabrique du Gorafi, c’est que rien n’était gratuit et tout fai(sai)t écho  à une problématique ou un phénomène médiatique. Sorte de blender de toutes nos mauvaises habitudes et des travers du monde, le Gorafi permet(tai)t de mixer chatons, réfugiés et Sarkozy dans un même article.

Maître absolu de son art potache, le Gorafi domine le monde des sites parodiques dont le belge Nord Presse (même si celui-ci évolue à présent vers un autre format).

L’année dernière, Le Gorafi avait connu une version télévisée le mercredi dans le cadre du Grand Journal de Canal +.  Et un de ses co-fondateurs était cité aux côtés d’Antoine de Caunes dans sa nouvelle émission.

Alors, blague pas drôle, piratage, fin réelle? En tout cas, le Gorafi, une de fois de plus, aura fait parler de lui. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité