Rentrée de Pure FM: 8 nouvelles émissions, 5 nouvelles voix et (au moins) autant de changements

Boostée par les chiffres d'audience de la dernière vague CIM, l'équipe ne cache pas son excitation devant la rentrée "la plus sexy" de son histoire.

cham_maya

C’est évidemment Rudy Léonet, son directeur, qui le dit. Mais on sent qu’il le pense. Et à voir la joie et l’enthousiasme communicatif des Puristes, il va vraiment se passer quelque chose dès le 31 août, en radio, sur le web, les réseaux sociaux, en VOD et même en télé, puisqu’on pourra aussi regarder PureVision via Voo, Numéricable, Télénet à Bruxelles et Proximus, ex Belgacom TV. La radio la plus djeuns de la RTBF (d’accord , ce n’est pas vraiment un challenge, même si l’audience de certaines autres rajeunit) est donc encore plus connectée et compte bien installer toujours plus de passerelles entre auditeurs, téléspectateurs, internautes – et animateurs.

En semaine

Les changements démarrent à l’aube puisque Snooze (6-9h) est désormais aux mains de Bénédicte Deprez, la rigolote survitaminée, avec toujours Greg Carette et Pierre Scheurette. L’ambiance sera donc différente mais entend bien jouer sur les mêmes cordes: musique, infos décalées, séquences culte, comme le Bon disque du jour, dynamisme et légèreté. On retrouvera d’anciens chroniqueurs et quelques nouveaux, (dont trois anciens de la séquence Label Snooze qui met en avant de jeunes talents de moins de 30 ans: Sarah Grosjean, Johan Lolos et Killian Deblir). Toutes les demi-heures, 3 mn d’info maison signée Florence Hurner et le mercredi les sorties cinéma d’Hugues Dayez – entre beaucoup d ‘autres.

De 9h à midi une nouveauté, Good Mood, l’émission des lève-tard dont fait désormais partie Vanessa Klak. Avec des chroniqueurs comme Ombeline Oversacq, Meggan Verschoore pour la mode, Mélanie Joris pour la lutte anti-clichés, Nicolas Witczak pour les bons plans ou Juliette de Bruxelles qui jouera sur et avec les mots, mais aussi la chronique d’un auditeur qui dira ce qu’il pense du livre, du film de son choix.

Sylvestre Defontaine enchaîne avec la nouveauté n° 2: Périscope (12-13h). Ou le magazine de la pop culture au sens large, « de la littérature à la mécanique », où Ophélie Fontana par exemple viendra parler de sports à sa façon. Uns émission culturelle donc, qui ne se contentera pas d’écumer les événements bruxellois puisque, dans Le carrousel des régions, des Wallons garantis pure souche évoqueront ce qui se passe chez eux et ce qu’il faut y faire/y voir, notamment le vendredi soir.

Plastic Planet (13-16h) ne bouge pas, succès oblige, mais Fanny Guéret y recueillera le jeudi notre Sébastien Ministru et sa chronique sur l’actu, 50 nuances de Séba. Il était question, a précisé Rudy Léonet, que la séquence s’intitule La chronique lubrifiante de Sébastien Ministru, la chronique qui permet de vous glisser dans toutes les conversations, mais c’était trop long. Dommage. Pas de changement drastique non plus pour Le drive (16-19h), le magazine média, musique et culture geek de Guillaume Drigeard qui accompagne les travailleurs-travailleuses coincés dans les embout’ et les ados sortis de l’école.

Mais le mercredi, ni Plastic Planet, ni Le drive: Maya Cham (photo) s’installe à leur place avec Empreinte digitale (13-17h), la nouveauté n° 3. Dans cette émission encore plus méga connectée que les autres, elle partagera le meilleur du Net, des réseaux sociaux, des objets connectés, des applis avec auditeurs, internautes, blogueurs, tweetos – et les chroniqueurs qui passent par là (comme Xavier Ess, en décrypteur du web).

Avec l’inauguration du Café Comedy, le 17 à 19h le mercredi, Raphaël Charlier se lance dans l’humour, la blagounette, les comiques et les Grosses têtes. Non, quand même pas. En association avec le Kings of Comedy Club, il donnera un coup de pouce à de jeunes talents de la scène comedy belge, parrainés par une valeur confirmée comme James Deano, Kody ou leur maître à tous, Dan Gagnon.

Cinquième nouveauté: Le lab (19-22h), du lundi au jeudi. On y retrouve notre délicieuse journaliste Marie Frankinet (nouvelle voix n° 1), Cédric-Jean Busine, et un petit jeune qui n’en veut, Maxime Watieu (nouvelle voix n° 2), qui rendra compte de tous les événements culturels où vont l’envoyer les deux autres. Curieux de tout, ils traiteront tous les jours un sujet différent, partageront les buzz qui font l’actu, et testeront les nouveautés musicales. Parmi les séquences à découvrir: Pure Dating, puis, logique, Instant libido, ou le morceau qui fait chauffer la fin de soirée.

Enfin, de 22h à minuit du lundi au jeudi, place à Pure2, la webradio de Pure FM – nouveauté n° 6 – et Maya « coucou c’est encore moi » Cham.

Et le vendredi? Soirée hip hop avec Pur jus (19-22h), Bénédicte Deprez (le retour) et Senamo, du groupe La smala (nouvelle voix n° 3). Ils nous promettent du rap, old school et récent, des invités, des lives, et citent notamment Bigflo & Oli et Akhenaton en tout début de saison. Puis on reste dans le ton avec une Carte blanche à Lefto (22-24h), 7e nouveauté de la semaine.

Le samedi

Dorothée Moore, une 4e petite nouvelle, reprend le classique Pure week-end (7-10h) puis Le décompte (10-12h), ou le top 40 des envies des auditeurs.

Mes années 2000 (12-14h) est à la fois la 8e nouveauté et l’occasion de découvrir la 5e nouvelle venue sur antenne, Fanny Ruwet. Une étudiante pour qui la décennie 2000 n’est pas seulement celle de la naissance de la chaîne (en 2004) mais aussi celle de son enfance et de son adolescence. Et elle compte bien alterner les titres qui ont bercé les débuts de la station avec les « guilty pleasures » qui n’ont pas marqué qu’elle.

On retrouve ensuite Pure week-end Selector (14-19h) avec Tangui Horel, puis Pure Trax (19-01h), qui se la jouera électro toute la soirée avec d’abord Guillaume Drigeard et Vincent Cayeux puis Alex Klimow qui proposera les meilleurs sets de DJ belges et internationaux. « Une sorte de warm-up des sorties du samedi soir. »

Le dimanche

Démarrage en douceur avec la Lazy Factory (7-12h) de Maya « il me restait un peu de temps libre » Cham. Fanny Guéret enchaîne avec l’indémodable God save the 90’s (12-14h). Et, après Raphaël Charlier et son Pure week-end (14-19h), Sylvestre Defontaine reprend la main avec Drugstore (19-22h). Le week-end se termine sur Pure live (22-23h).

Et 5 heures?

Parti, fini, envolé. L’émission culte du duo Rudy Léonet/Hugues Dayez quitte l’antenne. Mais comme cette rentrée ne doit apporter que des bonnes nouvelles, 5 heures continue à exister sur le net, en podcast. Un pari culotté mais mûrement réfléchi par les deux ancêtres, qui y voient non seulement une logique (« 9 auditeurs sur 10 nous disaient qu’ils l’écoutaient en podcast, ou qu’ils commençaient sur antenne et la terminaient en podcast ») mais surtout une nouvelle liberté. L’émission, toujours hebdomadaire et annoncée dans Périscope, pourra se faire n’importe où, n’importe quand et sous une forme évolutive en fonction de l’actu cinéma. Pour Rudy Léonet, il était « important que la plus ancienne émission bascule dans la plus grande nouveauté, quitte le côté premium et s’adapte aux modes de consommation des auditeurs ».

Une rentrée trèèèès riche pour une conférence de presse trèèèès longue qui s’est achevée sur un mini-showcase de GrandGeorge (dont l’album sort le 8 janvier) et une demande en mariage d’un tweeto pour Maya Cham. Un grand classique désormais puisqu’hier, à la fin de la conférence de presse de La Première, c’est Sara De Paduwa qu’un internaute voulait épouser. L’une comme l’autre risquent de ne pas en avoir le temps…

Plus d'actualité