Le changement dans la continuité sur La Première

Humour, humeur et nouveautés, surtout le week-end

cest_presque_walid

Vous connaissez la Patinoire royale, à Bruxelles? Un lieu historique de Saint-Gilles, qui a été successivement une patinoire (à roulettes) à la fin du 19e siècle, puis un garage pour Bugatti, la FN, Siemens et des voitures de collection avant d’être transformé en magnifique lieu d’expositions. La Première a donc trouvé dans ce lieu marqué patrimoine et culture le cadre parfait pour sa conférence de presse de rentrée.

Une rentrée axée sur le « renforcement ». Après les nombreux changements de l’an dernier, la grille de la semaine ne bouge guère, même si toutes les émissions ou presque connaissent de légers ajustements, alors que celle du week-end a été repeinte à neuf.

Côté info, colonne vertébrale de La Première avec la culture, on note des aménagements. Des rendez-vous plus structurés, notamment dans Matin Première: Les signatures de MP (Thierry Luthers, Joan Condijts, Hugues Dayez, Maryse Jacob, Alain Gerlache) à 8h23, la Revue des médias de Nicolas Vandenschrick à 8h25, Rien à ajouter?, le nouveau clin d’œil sur l’actu d’Alex Vizorek (remplacé par Bruno Coppens le vendredi) à 8h55. Et de nouvelles voix. Celles de Nicolas Lejman, François Kirsch et Africa Gordillo pour les Journaux de Matin Première, celle de Diane Burghelle-Vernet dans Soir Première.

Le samedi, Olivier Nederlandt propose un nouveau rendez-vous économique, 7éco, avec Michel Visart, Michel Gassée et Françoise Gilain. Découpé en deux parties, le magazine passera d’une thématique liée à l’économie, avec un invité, à un débat sur l’actu économique. Et le dimanche, à 10h05, Alain Gerlache décortique la communication des politiques, des médias, des entreprises et même du pape (il s’y est engagé) dans Les décodeurs RTBF, avec les traditionnels chroniqueurs-et-invités. L’émission devrait connaître une suite sur le net ou en télé.

La culture ne se prend toujours pas au sérieux avec Jérôme Colin et Xavier Vanbuggenhout dans Entrez sans frapper (toujours de 9 à 11h en semaine), et on se réjouit de passer plus de temps avec Sébastien Ministru, qui nous promet l’analyse de texte d’une chanson « à la mode », et Myriam Leroy qui, toujours aussi givrée, nous offrira la critique et la bande-annonce d’un film qui n’existe pas! La demoiselle poursuit ses aventures le samedi, à 18h30, avec Coupé au montage, une émission d’une demi-heure qui sera aussi diffusée en télé, sur La Trois. Le principe: une rencontre intime avec une personnalité culturelle belge. Que du classique? C’est mal connaître Myriam Leroy qui compte escalader l’invité par la face nord, « la moins exposée », le titiller sur ses débuts, ses ratages, ses mystères. Et ce sera drôle parce que comme le dit la journaliste: « On n’est pas là pour se faire chier ». On note deux autres rendez-vous culture intéressants. Prem1ère de couverture, le dimanche à 18h30, propose des entretiens avec des personnalités du monde littéraire. Et L’invitation. On connaît déjà l’émission télé (un artiste va à la rencontre d’un inconnu et l’invite non seulement à voir son spectacle mais également à entrer dans les coulisses de son univers), on va découvrir son prolongement radio, sous la forme d’un documentaire sonore qui restitue la rencontre. A suivre à 10h50 en semaine, ou le dimanche à 19h05 pour une version condensée.

N’oublions pas l’humeur et l’humour que revendique La Première et qui prennent de la place cette saison. C’est presque sérieux, le magazine de l’actu vu par l’irrésistible Walid et ses déconneurs patentés (Frédéric DuBus, Raoul Reyers, Manu Di Pietro…- photo) se cramponne au créneau 16h-17h30, avec les inédits en semaine et les best of le week-end. On applaudit l’arrivée d’Un samedi d’enfer, le samedi de 9h10 à 10h. On n’en a évidemment rien entendu encore mais l’émission, enregistrée en public, a le bon goût de réunir autour de Nicolas Buytaers (ex monsieur Cinéma de RTL) trois drôles de cocos: Bruno Coppens, Myriam « c’est encore moi » Leroy et Pierre Kroll qu’on n’avait plus entendu depuis, oh, au moins ça. Face à eux, un malheureux invité subira les derniers outrages et la fouille de son téléphone ou de son sac à main.

Enfin la Cérémonie des Albert, qui récompense l’humour volontaire ou non de nos politiques connaîtra le 10 septembre sa 3e édition et sera même retransmise en télé.

C’est ce qu’on appelle une rentrée prometteuse…

Sur le même sujet
Plus d'actualité