Record du monde pour Gérald Genty et talentueux Benjamin Schoos au Brussels Summer Festival

Beaucoup moins de monde que les soirs précédents au Brussels Summer Festival. Ce qui n'a pas empêché Gérald Genty de devenir recordman du monde, et Benjamin Schoos de nous éclabousser de sa classe pendant que la soirée urban faisait de son mieux Place des Palais

2015-08-19_20

Ce n’était pas la grande foule au coeur de la douce soirée estivale. La faute à une soirée hip-hop qui a souffert d’une communication, disons, compliquée.

Gérald Genty: 37 concerts en moins de 12 heures

C’était le pari fou de cette édition et il est remporté haut la main. Gérald Genty, short bleu, t-shirt bleu, baskets bleus et petit panneau collé au torse avec le nombre de concerts déjà joués, a couru (et ce n’est pas une image) aux quatre coins du centre-ville de Bruxelles, écumant bar après bar, pour réaliser ce défi fou: être reconnu comme le recordman du monde du plus long concert de tous les temps. Au niveau de la forme, un set de quatre chansons (toujours les mêmes, après 10 bars, on pouvait chanter à sa place), 12 minutes top chrono, un jury et une équipe dédiée à 100% pour transporter le matériel: un micro, une guitare et une enceinte-ampli. On a beaucoup ri, on a marché dans le défi et on a adoré le 35ème concert sur la scène du Mont des Arts où devant 2500 personnes environ, le sympathique Français a pu savourer le succès de son défi. Pour la petite histoire, le record précédent était de 35 concerts.

Benjamin Schoos: l’injustice made in Wallonie

S’il avait été Gantois ou Anversois, Benjamin Schoos serait peut-être pris plus au sérieux et mieux supporté de ce côté-ci de la frontière linguistique.Barré et à la culture musicale classe et élevée, Benjamin Schoos a offert dans une salle de la Madeleine clairsemée un show élégant et racé. Le Serésien devrait définitivement délaisser les grandes scènes de festival où son art ne passe pas toujours pour nous offrir que de tels jolis moments. A l’écoute des ses morceaux tant en live que sur album, on reste quand même dubitatifs sur les choix des programmateurs radio belges qui se disent « alternatifs et indie »: Benjamin Schoos est plus programmé en Angleterre qu’en Belgique francophone. Une injustice que l’on vous disait.

Klô Pelgag, la folie froide

Klô Pelgag, révélation québécoise de ces deux dernières années voyage énormément à travers le monde avec son album L’Alchimie des Monstres, ressorti récemment en version Deluxe. Peut-être voyage-t-elle trop car elle est apparue fatiguée, diminuée et même un peu absente. Klô Pelgag, on l’avait déjà vue aux Francos de Spa en 2014 et on avait aimé cette énergie délirante, cet univers  tortueux même si on frisait parfois un peu « l’autisme scénique ». Sa prestation au BSF ne devrait pas rester parmi les meilleures de sa tournée. On se rattrapera avec ses chansons, délicieux délires qui nous emmènent tour à tour du côté de Camille, de Thomas Fersen ou de Pierre Lapointe. La musique navigue toujours aussi bien entre classique et rock. Les cordes sont impeccables. Allez Klô, on finit cette tournée sans fin, on se repose et on nous revient. Une artiste que l’on va revoir à coup sûr dans les années à venir.

Soviet Suprem

Prenez Marcel et son Orchestre pour le côté foutraque, mettez-leur un costume de bolchévik, montez le son avec un rock mâtiné de cuivre (on ne parlera pas de ska pour ne pas injurier le genre) et vous avez un joyeux bordel. Soviet Suprem, c’est un tsunami d’énergie et si ça n’a que la prétention d’amuser et de faire danser, c’est réussi. En tout cas, la Madeleine qui avait connu un soir un peu morne en terme d’audience était presque pleine. Et dansait.

 

Jali, Sarah Carlier et Rivière Noire

Malheureusement, entre Gérald Genty, la Place des Palais et la Madeleine, nous n’avons pas pu voir les prestations des artistes prévus pour la soirée. Mais à voir les mines réjouies et les réactions sur les réseaux sociaux, on peut penser que le désormais ex-juré de The Voice a rempli le contrat en distillant sa bonne humeur « big smile » au public du Mont des Arts.

Petit bonus si vous passez par le festival. Arrêtez-vous Place des Musées. Située entre le Mont des Arts et la place des Palais, la place offre un espace de détente assez génial: transats, bar à cocktails et projection de films sur grand écran. Hier, on s’est laissé tenter par un documentaire sur Woodstock. Sympa et détendu.

Le débriefing de la soirée hip-hop.

Sur le même sujet
Plus d'actualité