La belle saison

Delphine (Izïa Higelin, très sexy en débardeur sur son tracteur) quitte la ferme parentale du Limousin pour la capitale, et rencontre Carole (Cécile de France, très épanouie dans ce rôle), féministe militante à une époque où les filles étaient "sensass" et se battaient pour le droit à l’avortement. 

10125205-la-belle-saison-50-places-de-cinema-a-gagner

Entre elles, l’attirance est immédiate, mais les obstacles sont nombreux – notamment la barrière morale qu’impose la mère de Delphine (Noémie Lvovsky, austère et jubilatoire en tablier campagnard). Subtilement écrit, rythmé par l’évolution des désirs des personnages, le film frappe par sa grande justesse psychologique. Et touche par le naturel débordant des deux actrices principales, en osmose totale.

Sorte de Vie d’Adèle paysan et vintage (avec poils sous les bras de Cécile de France et lesbiennes pas forcément canon), le film touche aussi par les questions fortes qu’il soulève. Et résout. Comme l’opposition de deux univers qui finissent par se rencontrer, via les temporalités violentes mais nécessaires qu’impose un amour qui transforme une vie. C’est aussi une ode aux femmes filmée par une femme, dépouillée de tout fantasme masculin. On en ressort assez comblé. Comme après une balade en plein champ l’été. 

Réalisé par Catherine Corsini. Avec Cécile de France, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky – 105’.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité