Le défi Cap 48 de la Rolex Fastnet Race

Aidons Cap 48 à atteindre les  40.000 € nécessaires pour financer des projets sportifs pour les personnes handicapées.

9_equipe

C’est pas l’homme qui prend la mer… C’est Eléonor Sana. A 18 ans, cette jeune skieuse paralympique malvoyante, a accepté de relever le défi de participer à la Fastnet Race, parce que son père lui a dit: « C’est la course la plus difficile du monde et je sais que tu vas aimer y aller!« 

Bien connue des marins, cette régate de 605 miles relie Cowes sur l’île de Wight à Plymouth en passant par le phare de Fastnet Rock en mer d’Irlande, au large des pointes de la côte sud-ouest de l’Angleterre. Et ce dimanche 16 août à midi tapant, des coups de canon donnaient le départ de la 46e édition de cette course mythique à voile.

Le papa d’Eléonor a raison, c’est l’une des courses les plus difficiles du monde, car même en cette période estivale, la mer peut se montrer bien capricieuse et déchaînée. En 1979, en raison d’un manque de prévisions météorologiques, 15 marins y ont perdu la vie. De plus, traverser la mer d’Irlande c’est aussi devoir slalomer entre cargos, porte-containers et autres gros pétroliers. Des monstres marins qui ne se rendraient même pas compte du sabordage accidentel d’un catamaran. Et même si tous les voiliers sont désormais équipés d’ordinateurs de haute technologie, les risques sont bien réels.

Mais Eléonor n’est pas montée seule à bord du Teranga (hospitalité en sénégalais). Delphine Simon (Le 15 minutes), Tanguy Dumortier (Le jardin extraordinaire), Christophe Zenko, le caméraman, ont accepté de sortir de leur zone de confort pour vivre cette fantastique aventure. Car il faut bien reconnaître que vivre à 6 durant 4 jours dans l’espace confiné d’un 12 mètres, aussi beau soit-il, c’est très peu confortable! 6 personnes car cette équipe de néophytes, au cœur pas toujours bien accroché (beurk, pardon!), est encadrée par deux skippers aguerris, de vrais marins belges au visage buriné par les embruns. Jonas Gerkens, grand skipper professionnel, vice-champion de France de course au large et Denis Van Weynbergh, un amateur passionné depuis sa plus tendre enfance.

L’objectif que cette équipe #FastnetCAP48 s’est fixé est de  récolter 40.000€ pour financer des projets sportifs pour des personnes handicapées. Eléonor en est convaincue: « Si j’en suis capable avec mon gros problème de vue, d’autres pourront le faire aussi. » Un superbe défi à saluer, encourager et soutenir.

L’arrivée à Plymouth est prévue ce jeudi vers 16h. Si le temps et le vent le permettent! A nous de jouer, de partager l’info et d’envoyer des dons. Tous ensemble pour lutter contre la différence.

Pour suivre la course

Décocher toutes les catégories et ne garder que Class 40 pour une meilleure visibilité.

Pour faire un don

Notre galerie photos.

Sur le même sujet
Plus d'actualité