Les Francofolies s’exportent en Afrique

Après un faux départ en 2014, les premières Francofolies de Kinshasa auront lieu en septembre prochain au Congo. Un défi qui tient particulièrement à coeur à Jean Steffens, un des deux “pilotes” des Francofolies de Spa.

francofolies-de-kisnhasa

Les Francos en Afrique, c’était une idée, un rêve un peu fou, porté depuis la Belgique depuis de nombreuses années. Plusieurs pays avaient été sondés, visités et c’est la RDC qui avait eu les faveurs des organisateurs face au Sénégal ou au Maroc.

L’année dernière, tout était prêt pour la fête mais le virus Ebola et la peur qui avait entouré l’épidémie avaient eu raison de l’événement. Mais ce n’était que partie remise pour un festival qui, après Montréal, La Rochelle et Spa, va donc découvrir la chaleur congolaise.

Du 7 au 13 septembre, Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo vibrera aux sons de Papa Wemba, Fally Ipupa, JB Mpiana, La Fouine ou Soprano. Porté par l’organisation belge des Francos, le festival n’oublie pas les artistes “de chez nous » avec Noa Moon et le revenant Philippe Lafontaine (même si on n’a pas trouvé trace de leur nom à l’affiche, leur présence est bien confirmée)

Et si la programmation de la première édition est un peu maigrichonne et dénuée de grandes stars francophones comme savent les attirer les autres éditions des Francos, l’important n’est pas là. Car le projet voit loin avec un objectif à 10 ans:  éduquer notamment les enfants congolais au travail du son, de l’éclairage ou de la technique. 

Pour que le festival puisse devenir un rendez-vous incontournable pour les Congolais et par les Congolais.

Sur le même sujet
Plus d'actualité