En 2014, seuls 2% des attentats en Europe étaient religieux

Une étude d’Europol vient de recenser 5 types de terrorisme. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le terrorisme religieux n’était pas le plus meurtrier l’an dernier. 

reporters_18448483

On garde tous en tête les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher à Paris qui ont fait 20 morts en janvier dernier. Tout comme la fusillade à Copenhague au mois de février qui en a causé 2. Malgré ces évènements tragiques, le terrorisme religieux n’est pas celui qui frappe le plus en Europe. En 2014, il représentait… 2,4 % du terrorisme total européen. Ce chiffre, qui ne prend pas en compte le nombre de victimes mais seulement le nombre d’attentats, devrait être revu à la hausse dans le prochain rapport d’Europol.

L’Europe avait tout de même déjà connu deux tragédies de ce type en 2014 : un attentat au musée Juif de Bruxelles, qui a causé quatre morts, et un autre contre un commissariat français à Joué-lès-Tours, qui a blessé trois policiers. Voici 4 autres types de terrorisme qui ont frappé l’Europe l’an dernier.

Terrorisme séparatiste. Les terroristes ultra-nationalistes et séparatistes s’en prennent principalement à la police et aux forces armées. Avec un bilan de 67 attentats, ils sont de loin les plus actifs en Europe. La France est le pays le plus touché avec 50 attaques en 2014, suivi par l’Espagne et ses 17 attentats.

Terrorisme anarchiste. Ces terroristes d’extrême gauche ont provoqué 13 attaques l’an dernier en Europe. Par ce biais extrêmement violent, ils disent lutter contre le racisme et les politiques d’immigration des Etats européens. Avec 6 attentats chacun, l’Italie et la Grèce ont été les plus touchés en 2014.

Terrorisme d’extrême-droite. Ces terroristes organisent généralement des attentats pour des raisons xénophobes et islamophobes. Les Etats européens ont  pu arrêter toutes les attaques de ce type l’an dernier, ainsi que 34 terroristes.

Terrorisme indépendant. Ces terroristes agissent seuls, avec des revendications qui leur sont propres. Le seul « loup solitaire » de l’année 2014 a frappé l’Italie au mois de février, mais n’a fait aucune victime collatérale. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité