Les saisons 2 à ne pas rater

Dans le monde impitoyable des séries, il y a celles qui disparaissent aussi vite qu’elles sont apparus sur le petit écran et celles qui ont la chance d’être prolongées pour une deuxième saison. Parmi elles, on trouve quelques petites pépites à ne surtout pas rater. Petite sélection de rattrapage.

unreal_lifetime

The Knick

Le pitch : New York, début du XXème siècle. Le chirurgien Dr. John Thackery, doit sans cesse repousser les limites de la connaissance en médecine pour tenter d’enrayer un taux de mortalité en hausse constante. Brillant, l’homme a toutefois quelques addictions qui vont venir perturber son travail.

Pourquoi on a aimé : Cette série médicale, en revenant aux débuts tatillons et parfois presque barbares de la chirurgie, se différencie de toutes les autres. Avec son esthétique froide et ses images originales et contrastées, Steven Soderbergh (Erin Brockovich, seule contre tous, Traffic, Sexe, Mensonges et Vidéo) signe un petit bijou esthétique.

Visible sur BeTV, à partir du jeudi 27 août, 21h.

 

Aquarius


Aquarius – Bande-Annonce – VO par Ecranlarge

Le pitch : Sam Hodiak, sergent de la police de Los Angeles (joué par David Duchovny) enquête sur la disparition de la fille d’un célèbre avocat. Très vite ses recherches vont le mener à Charles Manson et sa « famille », secte dans laquelle un de ces hommes devra s’infiltrer…

Pourquoi on a aimé : Au travers de l’histoire des personnages, c’est tout l’Histoire de l’Amérique qui est racontée des persécutions racistes à la Guerre du Vietnam. Idéal pour réviser un peu. On y retrouve un David Duchovny parfait dans son rôle, comme toujours. Et pour couronner le tout, la bande sonore totalement sixties est juste parfaite.

 

The Leftovers

Le pitch : 2% des humains disparaissent subitement de la surface de la Terre. Parmi ceux qui restent (« leftovers ») dans cette petite ville de Mapleton, où tout a changé, certains ont décidé d’essayer de passer à autre chose et d’autres s’obstinent à se souvenir. En tout cas, tous subissent les conséquences de cet évènement.

Pourquoi on a aimé : La série n’a rien de fantastique. Elle ne s’intéresse pas au pourquoi et au comment ces gens ont disparu mais à la psychologie de ceux qui sont toujours là. L’intrigue est lente, trouble, étrange et constamment sous tension. Amateurs d’action, passez votre chemin, celui de cette série n’est pas toujours très accessible à tous. 

 

Fargo

Le pitch : Un tueur à gages sème la terreur dans une petite ville du Minnesota et a décidé de s’en prendre particulièrement à un petit vendeur d’assurances à qui il fait vivre un véritable enfer. De son côté, l’enquêtrice Molly Solversonn faussement gauche, cherche à remettre de l’ordre.

Pourquoi on a aimé : La série ne se contente pas de parodier le film des frères Coen mais bien d’en offrir une nouvelle version, imprégnée d’humour noir. Cela dit les images de la série sont tout aussi esthétiques que celles du film avec ces étendues neigeuses à perte de vue et ces tons bleutés. On y est et on a froid.  

 

Extant

Le pitch : L’astronaute Molly Woods, jouée par Halle Berry, revient d’une mission de treize mois sur la lune. Elle se retrouve enceinte alors qu’elle est supposée stérile et qu’elle et son mari ont déjà dû faire appel à la science pour donner vie à Ethan, leur fils. Un évènement inexpliqué qui va entrainer bien des changements.  

Pourquoi on a aimé : Halle Berry – et ce n’est pas étonnant de sa part- reste juste et évite de tomber dans le grotesque que pourrait suggérer le scénario de la série. Le mystère autour de sa grossesse nous taraude pendant tout la première saison, impossible de deviner ce qu’il se passe réellement. Folie, psychose, paranoïa,… Tous les codes pour imprimer un suspense durable sont présents. Alors, qui sont les vrais méchants?

 

Top of the lake

Le pitch : L’inspectrice Robin Griffin, jouée par Elisabeth Moss (Mad Men) revient à Laketop, sa ville natale pour enquêter sur la disparition d’une jeune fille de douze ans, enceinte. Très vite elle va se heurter à ses souvenirs et au père de la fillette disparue, trafiquants de drogues, qui règne en maître sur la ville.

Pourquoi on a aimé : D’abord il y a l’atmosphère dégagée par les paysages néo-zélandais que Jane Campion, co-créatrice de la série et originaire du pays, a su sublimer. Et puis, il y a cette ambiance parfois tendue et violente, parfois poétique et magique qui, l’air de rien, tout en douceur, nous transporte tout au long de ce polar teinté de féminisme.

Actuellement visible sur Arte

 

Empire

Le pitch : Lucious Lyon est une célébrité du hip hop, dirigeant d’un empire et d’une maison de disques. Mais voilà, il ne lui reste que peu de temps à vivre et un successeur à trouver parmi ses trois fils… et son ex-femme qui vient régler ses comptes après 17 ans de prison.

Pourquoi on a aimé : D’entrée, Empire s’impose comme une série musicale. De celles qui proposent de vrais nouveaux morceaux avec des artistes-authentiques dont on achèterais bien les albums. Et franchement, c’est assez rare pour le signaler. D’autant que le personnage de Jamal nous fait fortement penser au génial Frank Ocean. Ajoutez à ça une pléiade de guest stars comme Jennifer Hudson, Mary J. Blige et Naomi Campbell et un pitch qui s’attarde enfin au hip-hop et vous obtenez un excellent mélange.

 

UnReal


UnREAL – saison 1 Bande-annonce VO par buzzvid-trailers-series

Le pitch : Bienvenue sur le tournage du Bachelor où Adam, riche héritier va devoir trouver chaussure à son pied parmi une myriade de jolies filles. Sauf que cette fois-ci vous êtes installés de l’autre côté de la caméra, parmi les membres de la production qui tirent toutes les ficelles pour faire ce qu’ils appellent « de la bonne télévision ». Tout est permis.

Pourquoi on a aimé : On adore se délecter des coups bas de ce petit monde de pourris. Il n’en fallait pas plus pour contenter notre besoin de sadisme. UnReal va aussi plus loin que toutes les autres séries qui parlent des dessous de la téléréalité en montrant que les candidats également peuvent avoir de l’influence.  

 

(Avec Marie Frankinet)

Sur le même sujet
Plus d'actualité