Fidelio, l’odyssée d’Alice

Réalisé par Lucie Borleteau. Avec Ariane Labed, Melvil Poupaud, Anders Danielsen Lie – 97’.

fidelio1

Premier long-métrage de Lucie Borleteau, ce Fidelio nous a fait tanguer de bonheur! Grâce son parti-pris entre fiction et approche documentaire, et à un scénario qui prend le large sans jamais prendre l’eau. Alice, 30 ans, est marin. Elle laisse Félix, son homme, sur la terre ferme, et embarque comme mécanicienne sur un vieux cargo, le Fidelio. A bord, elle apprend qu’elle a été appelée pour remplacer un homme qui vient de mourir. Et découvre, une surprise n’arrivant jamais seule, que Gaël, son premier grand amour, commande le navire.
 Dans sa cabine, Alice découvre un carnet ayant appartenu à son prédécesseur. La lecture de ces notes, entre problèmes mécaniques, conquêtes sexuelles et mélancolie amoureuse, résonne curieusement avec sa traversée. 
Au gré des escales, au milieu d’un équipage exclusivement masculin, bercée par ses amours qui tanguent, la jeune femme s’expose au bonheur de tout vivre à la fois et tente de maintenir le cap.

Parfois maladroit quand il s’appesantit trop longtemps sur des explications marines trop techniques et inutiles, ce Fidelio décrit par contre, juste avec ce qu’il faut de romanesque, le quotidien à bord, la vie en communauté, et les rites des marins. Mêlant habilement la trivialité des hommes au lyrisme du navire sur l’océan. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité