Que reste-t-il des Guignols ?

Menacées de disparition et finalement rétrogradées dans la partie cryptée des programmes de Canal+, les marionnettes en latex ont été malmenées par les dirigeants de la chaîne. Aujourd’hui, où en est la polémique qui les entoure ?

guignols

La suppression

Les Guignols de l’info ne pouvaient pas disparaitre. L’annonce de la volonté de Vincent Bolloré, dirigeant de Canal+, de mettre fin au journal satirique des plus célèbres marionnettes du paysage audiovisuel français a fait l’effet d’une bombe, en ce début juillet. #TouchePasAuxGuignols. Du quidam aux plus hautes personnalités politiques, personne ou presque ne voulait les voir quitter le petit écran. Delphine Ernotte, nouvelle présidente du groupe France Télévision, a même proposé de les accueillir sur le service public. Finalement, au vu de l’ampleur de la polémique qu’il avait suscitée, le grand manitou de la quatrième chaine a fini par se raviser. Les Guignols restent.

La marginalisation

Mais ce sauvetage a un prix. Le programme qui « fait partie du patrimoine de Canal+ » comme le rappelle lui-même Vincent Bolloré sera finalement raccourci, diffusé en crypté et donc accessible aux seuls abonnés de la chaine. Pour les autres, Les Guignols seront retransmis tous les samedis sur Dailymotion. L’aura des marionnettes ne sera plus jamais la même. C’est clairement une mise au placard. Avec en prime quelques licenciements.

Le coup de grâce

Si Les Guignols ont en effet eu chaud aux fesses en début d’été, c’est parce qu’ils rapportent peu d’audience par rapport à ce qu’ils coutent. Derrière les huit minutes de show par jour, il y a près de 35 marionnettistes, dix réalisateurs, trois maquilleuses, quatre costumières, etc. Une sacrée machinerie, qu’il fallait élaguer. Quatre des auteurs historiques de l’émission satirique sont donc licenciés. Ils seraient « trop usés » selon Maxime Saada, nouveau directeur général du groupe Canal+. Mais surtout trop cher. Dans la presse, le salaire de 35 000€ mensuel est évoqué, sans jamais être confirmé. Une information plutôt floue qui fait passer les auteurs des Guignols pour des types plutôt à l’aise dans leurs petits papiers… 

La suite

Pour prendre le relais, ce sont donc les trois auteurs restants, responsables jusqu’alors d’écrire les sketchs attenants au journal, qui se chargeront du direct. Ils seront épaulés ponctuellement par de nouvelles plumes… que Canal+ cherche encore. La chaine aurait déjà tenté d’appâter deux auteurs de l’émission de Thierry Ardisson, Salut les terriens, en vain. De son côté, l’imitateur Yves Lecoq qui assure près de 180 voix de Guignols, s’estime protégé : « ils sont obligés de me garder dans l’affaire » a-t-il commenté sur MFM radio. Oui, mais jusqu’à quand ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité