Une toile en famille

Le Petit Prince et Pixels, deux films familiaux,  sortent le même jour. Mais dans des registres totalement différents. 

lepetitprince_open

Avis aux psychorigides des bibliothèques: cette adaptation ciné du Petit Prince ne suit pas la trame du roman original. Et fait même du gamin et de l’aviateur des personnages presque secondaires. Le renard, la rose ou la petite planète étant, quant à eux, carrément relégués au statut d’accessoires. Car les scénaristes ont ici opté pour une totale mise en abyme, en positionnant le récit de base comme une « histoire dans l’histoire ».

Le personnage principal est en effet une petite fille. Celle-ci a emménagé dans une nouvelle maison avec sa mère, maniaque de l’emploi du temps et allergique aux rêveries. Mais un vieux voisin excentrique et généreux va se charger de mettre un peu de légèreté et d’imaginaire dans le sinistre agenda de la fillette. En lui faisant découvrir un monde extraordinaire où tout est possible, et dans lequel un aviateur a autrefois croisé un mystérieux Petit Prince.

Ces passages oniriques, en relation directe avec l’œuvre de Saint-Exupéry, constituent l’élément le plus réussi du film, d’autant plus que la qualité de l’animation atteint celle d’un Miyazaki. Et quand surgit à nouveau l’univers contemporain du récit, on se retrouve devant un film d’animation, certes au-dessus du lot, mais sans trop de surprises. Bilan de ce trip halluciné en compagnie du Petit Prince: un film un peu longuet mais qui fait le boulot.

 

 

Pixels

 

Changement de registre avec Pixels, sorte de rêve éveillé pour tous ceux qui auront dépensé leur argent de poche au luna-park durant les eighties, et se ruinent encore actuellement en rachetant Atari, Intellivision et autres Commodore 64 sur eBay. Durant leur jeunesse, quatre potes ont sauvé le monde des milliers de fois en jouant à des jeux d’arcade à 25 cents la partie. Mais aujourd’hui, ils vont devoir le faire pour de vrai! Car des aliens pas très futés ont découvert des vidéos d’anciens jeux et les ont pris pour une déclaration de guerre. Ces mêmes jeux d’arcade leur servant de modèles pour leurs attaques. La planète est donc menacée d’une invasion de Pac-Man, Donkey Kong, Galaga, Centipede et autres Space Invaders!

Calibré sur mesure pour attirer le quadra qui viendrait montrer à ses enfants qui étaient les Angry Birds de son époque, ce film spectaculaire et totalement barré se révélera jouissif pour les fans de pop culture mais totalement hors sujet pour les autres. 

 

Animation

Le Petit Prince

JJ Réalisé par Mark Osborne. Avec les voix d’André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel – 108’.

 

Comédie

Pixels (3D)

JJ Réalisé par Chris Columbus. Avec Adam Sandler, Michelle Monaghan, Kevin James – 106’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité