Les 4 trucs à retenir du discours du Roi

Ce que Philippe a dit, ou pas, lors du traditionnel discours du 21 juillet... Et ce qu'on en a compris.

screen_shot_2015-07-20_at_16

1. Ce qu’on y voit… Une vidéo de moins de sept minutes où apparaît le roi en costume-cravate, devant une table truffée de photos de famille. Le ton? Sous contrôle comme d’habitude. Le débit? Calqué sur celui de son père. Comprenez lent, pour être sûr d’être compris par tout le monde. Un geste du bras de temps en temps, et un montage vidéo tout en mouvement, pour casser l’inévitable statisme de l’ensemble.

2. Ce qu’on y dit… Philippe s’est inquiété des risques de dérives de nos sociétés hyper connectées, rappelant l’importance des « vraies » relations humaines. Des relations que, justement, lui-même entretient par ses voyages, notamment le dernier, en Chine. Il s’est aussi inquiété de cette Europe en panne, qui laisse le monde qui l’entoure partir à la dérive…

3. Ce qu’on y comprend… Prudent, le Roi démarre sur quelques valeurs familiales, avant d’obliquer sur son job, puis sur l’Europe. D’un point de vue politique, n’était un petit accent libéral dans sa glorification de l’initiative individuelle, c’est un discours à peu près nul. Rien sur la politique du gouvernement Michel, sur les mesures économiques, sur la montée des extrémismes… Juste quelques considérations internationales pleines de bons sentiments. Comme très souvent, évidemment.

4. Ce qu’il aurait pu dire… Méfiez de Facebook: depuis que mes enfants s’y sont inscrits, je n’arrive plus à leur tirer un son de la journée. Mes voyages à l’étranger servent à quelque chose, continuez de les financer. Bougez-vous les fesses, ce pays n’a plus forcément les moyens de le faire pour vous. Le monde est dans un état catastrophique, mais il serait temps de choisir son camp et d’assumer les valeurs qui l’accompagnent. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité