Le flic et la plume

Les acteurs du monde judiciaire aiment aussi les fictions policières. Et parfois, ils les écrivent eux-mêmes…

9d38e6eab92b2aeb0a83b570188d5a1a-1392021104-464659

Michel Claise est juge d’instruction à Bruxelles. Il incarne la lutte contre la criminalité financière, du carrousel TVA aux détournements d’argent à l’échelle internationale. Les dossiers les plus emblématiques de ces dernières années sont passés entre ses mains, tel celui lié à la filiale suisse de la banque HSBC. Le juge Claise l’a inculpée pour fraude fiscale grave et organisée, blanchiment, organisation criminelle et exercice illégal d’intermédiaire financier. L’enquête liée au conflit d’intérêts entre Alain Hubert et la station polaire internationale, c’est lui aussi.

Mais ce spécialiste des flux financiers est aussi un homme de lettres. Il a publié plusieurs ouvrages forcément basés sur des faits réels: Le forain (sur les fraudes à la TVA), Souvenirs du Rif (sur le blanchiment d’argent) ou Les poches cousues (sur la corruption dans les pays de l’Est). « J’ai toujours écrit pour le plaisir: des pièces de théâtre, des romans, explique Michel Claise. Jusqu’au jour où j’ai été édité. J’ai alors pris la plume de manière suivie. L’écriture m’habite profondément. J’aime décrire les âmes humaines, dévoiler les zones grises qui habitent chacun. »

Ecrire des romans, pour un juge d’instruction, c’est aussi témoigner de faits de société sans trahir le secret de l’instruction. « A la différence d’autres auteurs, j’ai réellement marché sur de la cervelle et des intestins, arrêté des mafieux, subi des menaces de mort. Mais pour moi, cela n’a pas d’importance qu’une fiction soit réaliste ou non. Le but d’un livre ou d’un film est d’abord de divertir. » 

Le juge travaille actuellement à la rédaction d’un essai intitulé Le club des Cassandres. Il traite du manque d’écho de ceux qui dénoncent la criminalité financière auprès des acteurs de la politique et de l’économie. « On ne nous croit pas lorsqu’on dénonce et rien ne change, clame Michel Claise. Et ça, c’est bien réel. »

Retrouvez l’article “Polars: que regardent les flics?” dans Moustique

Sur le même sujet
Plus d'actualité