Alex Germys et Lost Frequencies: jeunes, belges et surdoués

Entre David Guetta, Mark Ronson et Pharrell Williams, gravitent aussi quelques excellents producteurs belges. Vous les avez déjà entendus, on vous les présente. Carte de visite de deux surdoués des mélodies.

ag_pp_04_1920px

Alex Germys

Du haut de ses 22 ans, ce tout jeune Genvalois,  étudiant de la Louvain School of Managment vient de sortir un premier single, le morceau All Along, en collaboration avec Khalil Abtal, grande voix de la dernière édition de The Voice Belgique. Un coup de foudre musical immédiat « Je me trouvais dans les studios du télé-crochet quand KLil a fait son audition. J’ai tout de suite flashé sur son timbre, à la fois grave mais extrêmement malléable, pouvant monter dans les aigus sans soucis. » explique le producteur aux faux-airs de Mark Ronson. Une tonalité qui convenait parfaitement à la première mouture de son single « Dès qu’il est sorti de l’émission, je l’ai directement contacté. Il était aussi emballé que moi. » Le résultat? Un titre « feel good » qui correspond bien à la philosophie de ce jeune artiste. Une petite bombe estivale qui tourne sur toutes les radios. « J’ai commencé à m’intéresser aux arrangements et à la prod dès mes 16 ans, j’écoutais surtout du R&B, puis j’ai switché du côté de l’électro. Mais j’ai vraiment envie de conserver un côté acoustique, comme on peut l’entendre avec les accords de guitare, il y a de vrais arrangements musicaux. » Co-signé chez Universal Music Belgium et Vangarde Music -label de Dimitri Borrey, bras droit de Stromae, rien que ça- Alex Germys prévoit déjà de sortir un prochain titre dès octobre puis un album en 2016. Ne perdez pas ce nom de vue!

Lost Frequencies

Ses morceaux Reality et Are You With Me squattent les ondes depuis des mois, et pourtant on ne s’en lasse pas. C’est que ce Bruxellois de 21 ans nommé Felix de Laet a trouvé la recette pour charmer nos oreilles en modernisant de vieux morceaux tombés dans l’oubli, suivant un style intuitif et assez novateur. Bien vu, c’est d’ailleurs de là que vient son nom de scène: Lost Frequencies. Une carrière débutée dans la pénombre de sa chambre, seul, sur son MacBook Pro, pour ensuite se faire repérer sur SoundCloud. Lui qui définit sa musique entre la deep house et la tropical house a en tout cas trouvé la fréquence pour nous faire vibrer tout au long de l’été. Il s’est d’ailleurs imposé dernièrement comme l’artiste le plus Shazamé sur notre territoire. Et vu la rotation de ses titres à l’étranger (Il est d’ailleurs numéro 1 des charts anglais mais tourne également au Canada, en France, en Allemagne,…) c’est peu de dire que le jeune Félix de Laet risque de faire encore longtemps parler de lui. Et c’est une excellente nouvelle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité