Bad TripAdvisor

Réserver un étoilé ou une décapotable à bas prix via une appli n’est pas sans risque... 
 

reporters_1553121628129

C’est la nouvelle bible du voyageur. Mais aussi du gastronome, du sportif, du cultureux… Plus hétéroclite et mieux illustré que son homologue papier Le Guide du Routard, le portail TripAdvisor doit surtout son succès à son modèle collaboratif qui permet à chaque internaute de coter et de commenter n’importe quel spot touristique. Surfant sur cette vague de l’économie de partage, d’autres applis s’invitent aujourd’hui dans nos valises. A l’image du service de covoiturage Blablacar, de la location de voiture entre particuliers Drivy ou de l’hébergement chez un privé façon Airbnb. De quoi nous faire économiser plusieurs centaines d’euros sur une seule semaine de vacances. Voire même nous payer le prochain séjour au soleil via la location de sa propre voiture, par exemple. Mais qu’en est-il de la crédibilité de ces sites? Et de leurs garanties? Voici trois pièges à éviter pour ne pas ruiner ses vacances en deux clics.

On se méfie des avis trop positifs

Malgré leurs efforts pour filtrer les commentaires, ces sites regorgent encore de faux avis rédigés par les commerçants eux-mêmes ou par des sociétés spécialisées. Afin de pointer l’immobilisme de certains portails, un quotidien italien vient d’ailleurs de piéger TripAdvisor en créant le profil factice d’un restaurant à Moniga del Garda, en Lombardie. Celui-ci se hissant, en à peine un mois, au rang de meilleure adresse de la ville grâce à ses faux commentaires. Alors, avant de réserver, on lit plusieurs avis, on vérifie leur nombre et la cote moyenne accordée. Le mystérieux restaurant  «La Scaletta» ne comportait d’ailleurs que dix commentaires, tous dithyrambiques, et qui lui attribuaient tous la note maximale…

On vérifie qu’on est bien assuré. Et contre tout…

Et ce n’est pas Ari Teman qui vous dira le contraire. Lui qui avait mis son appart new-yorkais en location sur Airbnb et l’a retrouvé en mode club échangiste… Montant des dégâts? 67.000 dollars! Une somme qui n’aurait d’ailleurs jamais été remboursée intégralement. A l’image de Blablacar ou Drivy, ces applis collaboratives contractent pourtant toutes des assurances spéciales. Mais aux conditions bien souvent inégales… Qui payera la franchise en cas d’accident? Qui écopera du malus? Suis-je couvert par une assurance rapatriement (ou acheminement vers mon lieu de vacances)? Autant de questions à se poser AVANT de cliquer.   

On respecte scrupuleusement les conditions

Le collaboratif a beau inviter au partage et à la confiance mutuelle, le monde n’est malheureusement pas aussi rose. Alors on respecte scrupuleusement les conditions mentionnées dans les différents contrats. Il y a quelques semaines encore, un propriétaire de 4×4 qui l’avait mis en location sur Drivy a oublié de photocopier la carte d’identité et le permis de son locataire. Il n’a jamais revu sa voiture. 
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité