Avec les migrants de Calais

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur français, s'est félicité. Il a "nettoyé" la ville. Désormais parqués sur une ancienne déchetterie, ils sont plus de 3.000 à crever de faim, de froid et d'angoisse.

cthomas_baltes_tbaltes_calais_3-464044

Une balade en ville, c’est plutôt sympa. En compagnie d’Adam, un des migrants de Calais, black de surcroît, nettement moins… On a tenté l’expérience. C’est fou ce que les automobilistes klaxonnent dans les rues de Calais. Pas pour se frayer un passage, juste pour faire un signe. Un doigt d’honneur plus exactement, aux migrants qui déambulent tête baissée, histoire d’éviter les regards haineux ou méprisants. Adam rigole: « Ça prouve bien qu’ils sont beaucoup moins éduqués que nous ». 

On entre dans un supermarché discount. Le gérant fonce sur mon compagnon de galère: « Qu’est-ce que tu veux? » Tout bêtement faire des courses. Sans même braquer la caisse ni violer les caissières, dingue, non?! Il nous laisse passer et s’en va menacer deux Afghans postés sur « son » trottoir pour capter « son » wifi. Adam doit regagner ses pénates, chargé de quatre sacs, sous un soleil de plomb. Le défi du jour consiste à trouver une âme bienveillante qui accepte de le rapprocher de la jungle. 

Après trois tentatives vaines, je décide d’aider un homme âgé qui peine à transférer ses marchandises dans le coffre de sa voiture. Lorsque je lui demande un lift pour Adam, il se liquéfie. « Je voudrais bien mais Madame ne sera pas d’accord, répond-il en désignant son épouse agrippée au volant. On n’a pas le droit, on risque gros si on aide un migrant. » Adam ne se départit pas de son sourire, il a l’habitude. « Ils ont peur, c’est normal. Tu as vu le nombre de flics dans les rues? Il y en a tellement que les gens sont persuadés qu’on est dangereux. Pourtant, ils peuvent dormir tranquilles. On sait très bien que si on déconne ne fût-ce qu’un peu, c’est fini pour nous. » Finalement, il décide de se mettre en route. Sept kilomètres à pied ça use, ça use. Mais moins que le rejet systématique.

Retrouvez notre reportage “Avec les migrants de Calais” dans Moustique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité