Une caméra cachée de mauvais goût au Brésil

Pour réveiller l'audience, rien de tel que des morts-vivants!

 

zombie-prank

Imaginez-vous dans une rame de métro de la Stib. Seul ou avec un ou deux autres passagers. L’éclairage grésille,  s’éteint, se rallume plusieurs fois. Puis, station disons Beekkant, la rame s’immobilise et plonge à nouveau dans le noir. Au retour de la lumière, 70 zombies monstrueux assiègent votre wagon, se collent aux portes et aux fenêtres avec des mimiques et des cris horribles. L’un d’eux arrive même à pénétrer, puis tous… Respirez, c’était une blague! D’un très mauvais goût et impossible chez nous. Mais pas au Brésil! Là-bas ce fut LA caméra cachée choc de début 2015 orchestrée par le groupe de télévision SBT, le deuxième plus gros réseau du pays.

La chaîne du présentateur vedette et millionnaire Silvio Santos n’en est pas à son coup d’essai horrifique. Elle en a fait sa marque de fabrique. Précédemment, l’apparition dans une cage d’ascenseur d’une inquiétante fillette fantomatique, figée avec sa poupée jusqu’à ce qu’elle hurle de manière stridente, glaçait sa victime et les téléspectateurs. Avant de lâcher ses zombies, la même fillette avait aussi « pris » le métro pour une autre caméra cachée. De mises en scène aussi hallucinantes qu’irresponsables. Quid en effet des conséquences sur les « victimes » de la mauvaise plaisanterie? L’une d’elles s’est évanouie. Et si quelqu’un avait été cardiaque ou… armé et décidé à se défendre comme dans Walking Dead? En principe, le but de la caméra cachée est de faire rire. A la sauce brésilienne, on fait la grimace. Heureusement, la RTBF ou RTL-TVI ne nous feront jamais un sale coup pareil.

Sur le même sujet
Plus d'actualité