Le parcours de Moustique aux Ardentes 2015

Pour son dixième anniversaire, le festival liégeois propose la plus belle affiche de son histoire. On vous donne nos 10 immanquables.

illu_027_ardentes

En réunissant l’année dernière 76.000 spectateurs en quatre jours, les Ardentes avaient battu tous leurs records de fréquentation. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le festival liégeois n’a pas dormi sur ses lauriers. Son édition 10e anniversaire, qui se déroule au parc Astrid de Liège du jeudi 9 au dimanche 12 juillet, propose ni plus ni moins que le meilleur plateau artistique de son histoire. Et à Moustique, on pense aussi qu’il s’agit de l’affiche la plus excitante de l’été belge des festivals. La semaine prochaine, nous vous présenterons un focus sur la scène belge. Place ici à notre top 10 international.

Kendrick Lamar

Jeudi 9, Open Air, 23h00.

Loin des clichés, le jeune rappeur de Compton impose son intelligence et tout son savoir-faire sur « To Pimp A Butterfly », deuxième album  à la flamboyance urbaine placé sous le signe de la quête spirituelle. La tête d’affiche du festival. Ni plus, ni moins.

Rae Sremmurd

Jeudi 9 Open Air, 22h00.

Rae Sremmurd, c’est Khalif (22 ans) et Aaquil (20 ans), deux jeunes frangins qui viennent de Tupelo, au Mississippi, une ville plus connue pour être le berceau du King Elvis que pour sa scène hip-hop underground. Avec No Type, Rae Sremmurd a pourtant affolé la Toile, le clip de ce track aux beats ténébreux dépassant les 200 millions de vues. Ils débarquent en bord de Meuse avec leur casquette et un premier album « Stemmlife » sous les bras.

Temples

Vendredi 10, Open Air, 16h20.

Avec son premier album « Sun Structures » paru en 2013, ce quatuor de chevelus à chemises à fleurs a réinventé la pop baroque et anime depuis, aux côtés des Hollandais Jacco Gardner, des kangourous Tame Impala et des Belges Moaning Cities, une nouvelle vague psychédélique aussi trépidante qu’insolente.

A$ap Rocky

Vendredi 10, Open Air, 22h10.

Le rappeur de Harlem sort la toute grosse artillerie sur son deuxième album studio officiel « AT.Long.LastA$ap », arrivé pile-poil avant sa prestation aux Ardentes. A son flow hypnotique, ses rimes chroniquant la vie quotidienne et son côté festif, Rocky ajoute une vraie niaque sur scène. Un winner.

Paul Kalkbrenner

Vendredi 10, Open Air, 1h00.

Auteur d’une production discographique jamais redondante, l’artiste berlinois considère le live comme un laboratoire et pas seulement une manière d’activer le tiroir-caisse. Thank god, it’s friday…

Iggy Pop

Samedi 11, Open Air, 22h10.

A soixante-huit balais, l’Iguane saute encore torse nu sur scène, ondule sa chevelure, balance ses uppercuts avec la foi du débutant et sort encore parfois son sexe de son jeans à trous. Non, ce n’est pas dans la musique de Coldplay ou de Mumfords & Sons qu’on trouve une once de rébellion en 2015, mais bien dans I Wanna Be Your Dog, Raw Power et autre Lust For Life.

Nicki Minaj

Samedi 11, HF6, 23h00.

Dans « The Pinkprint », le titre de son troisième album, la jeune rappeuse de Trinité-et-Tobago fait référence à « Blue Print », pièce maîtresse de Jay-Z parue en 2012, et ça ne paraît même pas exagéré. Tout en restant formaté, ce skeud aligne en effet suffisamment de gimmicks sonores et de chansons fortes pour en faire un maître achat pour les addicts de musique urbaine. Entre une ode à la masturbation féminine (Feeling Myself), la ballade fragile The Crying Game et le hip-hop minimaliste Only, Nicki ne cache pas son ambition de devenir la nouvelle reine du bling-bling. Non, elle ne loge pas au camping.

Bigflo & Oli

Dimanche 12, Open Air, 15h40.

Le phénomène hip-hop francophone de votre été! On l’a dit et on le répète: avec « La cour des grands », les deux frangins toulousains redonnent ses lettres de noblesse au rap hexagonal. Des textes bien foutus, des vrais instruments sur scène, du fun et de la fête. Nous, on ne demande rien de plus et on adore.

Erlend Æye

Dimanche 12, Open Air, 19h20.

Le geek norvégien à lunettes et au look de prof de géo est un touche-à-tout génial. Après ses aventures au sein de Kings Of Convenience ou The Whitest Boy Alive, Erlend est revenu l’automne dernier avec « Legao », disque où se marient ukulélé, piano patraque, trompettes acidulées et rythmique reggae. Un cocktail servi à l’heure de l’apéro/péquet. Bien vu.

D’Angelo

Dimanche 12, Open Air, 23h00.

Quatorze ans (!) après « Voodoo », Michael Eugene Archer, alias D’Angelo, sort du bois avec « Black Messiah », œuvre ambitieuse et militante de haut vol où la nu-soul croise le funk, le hip-hop et la R&B. Il vient aux Ardentes avec sa formation pléthorique The Vanguard.

DU 9 AU 12/7. Parc Astrid, Liège. Combi: 150 €. www.lesardentes.be

 

 

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité