Couleur Café 2015: le débrief final

Une affiche très faible a fait chuter l'affluence avec 68.300 spectateurs en trois jours. Mais l'ambiance était là. Les 10 trucs à retenir.

bigflo

La 26e édition du festival urbain bruxellois manquait cruellement de grosses têtes d’affiche. Le verdict a été sans appel mais moins catastrophique que certains le prédisaient. Avec 68.300 spectateurs, on est très loin du record de l’édition 2013 (82.000 personnes), mais il y a eu pourtant de nombreuses raisons de se réjouir. Avec une trésorerie en difficulté et l’obligation d’attirer des noms plus fédérateurs, les organisateurs ont un solide défi à relever en 2016

NOTRE TOP 5 CONCERTS

– Wyclef Jean

– Bigflo & Oli

– Israel Vibration

– Starflam

– La Chiva Gantiva

6 TRUCS QU’ON A AIMES

– Le site.

Envahi de toutes parts par les grues, le site du festival à Tour & Taxis perd de sa superficie mais ne rend pas encore les armes.

– Le stoemp des genres et des gens.

Des ados qui chantent avec Bigflo & Oli, des quadras qui sortent leur -affreux- bermuda pour se rappeler leurs années french touch avec Superdiscount, des blancs, des blondes, des Blacks, des rastas, des Sud-Américains. C’est ça Couleur Café, c’est ça la Belgique.

– Le sourire des artistes.

Après les rockstars impassibles et folkeux dépressifs de Rock Werchter, c’est gai de voir des artistes heureux d’être là. Enfin presque tous…

– Les activités extra-musicales.

La Mousse Party, le bar Clandestino, les cours de danse au Dance Club, les graffitis du collectif Costik, les tatoueurs… Même quand les concerts sont nuls, on trouve toujours son plaisir.

– Les frissons.

Quand Wyclef a lancé l’intro du méga-tube des Fugees Ready Or Not, le temps s’est arrêté. Personnellement, la plus grosse vibe du festival.

– Le paradis des enfants.

Malgré leurs difficultés financières, les organisateurs accueillent toujours gratuitement les enfants de moins de dix ans. Yep!

4 TRUCS QU’ON A MOINS AIMES

– La perte d’identité.

En jouant la carte des musiques urbaines et de l’électro française branchouille pour bobos has-been, Couleur Café essaye de toucher un nouveau public mais perd ce qui faisait toute sa différence.

– Le Wu-Tang Clan. 

Couleur Café a dû casser sa tirelire pour attirer la dream team du hip-hop américain. Malheureusement, le Wu-Tang est venu avec son équipe réserve et ce fut un bide.

– Le Palais du Mal Manger.

On va mettre ça sur le compte de la chaleur et du « pas de chance », mais chaque fois que nous sommes allés nous requinquer, on a reçu des trucs pas cuits, pas frais et pas bon marché. 7 euros pour un couscous légumes sans légumes, c’est de l’arnaque.

– Le Cool Art Café.

L’expo est passée à la trappe pour des raisons économiques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité