5 concerts à voir à Couleur Café

Le festival urbain plante ses chapiteaux bigarrés sur le site du Tour & Taxis du vendredi 3 au dimanche 5 juillet. On vous dit ce qu'il ne faut pas manquer.

joeybadass

> Bigflo & Oli

Vendredi 3, Move, 19h00.

Il faudra arriver de bonne heure pour découvrir sur scène le phénomène hip-hop francophone de l’été. Egalement à l’affiche aux Ardentes, aux Francos, à Ronquières, au BSF et à la Fête des Solidarités, les deux jeunes frangins toulousains séduisent avec un rap ludique et intelligent qui se joue des clichés sans oublier l’autodérision. Les ados connaissent leur album « La cour des grands » par cœur et les parents qui écoutaient IAM et Solaar dans leur jeunesse vont également succomber.

> Wu-Tang Clan

Vendredi 3, Titan, 22h00.

Premier « vrai » album studio du Wu-Tang en sept ans, « A Better Tomorrow » qui est paru l’hiver dernier a donné lieu à d’épiques conflits d’ego entre les différents membres du collectif new-yorkais. Mais au final, le résultat est plus que séduisant avec les tics de RZA (samples seventies, dialogues de films de kung-fu) mais aussi sa science du découpage et la précision des beats chirurgicaux rythmant une prose moins vindicative que dans le passé. En live, c’est très bon ou très nul. Ce sera très bon à Couleur Café.

> Etienne de Crécy

Samedi 4, Univers, 0h00.

Dix-neuf ans après un premier volume de « Superdiscount » (le jaune) et dix après le second (le rose), Etienne de Crécy revient avec un caddie vert pomme rempli de nouvelles emplettes électro. A quarante-cinq balais, le gaillard rappelle toute la sensibilité hédoniste de la french touch et y ajoute un visuel impressionnant en live. Une bonne affaire.

> Joey Bada$$

Dimanche 5, Univers, 20h30.

A vingt balais, et après être sorti de l’underground grâce à des mixtapes incendiaires, Joey fait figure de nouveau prince du hip-hop de la côte Est. A l’instar de son concurrent californien Kendrick Lamar, ce jeune trublion de Brooklyn revitalise sur son premier album studio « B4.DA.$$ »

le rap old school avec un aplomb déconcertant. Scratches savants, prose inspirée du bitume, beats binaires et d’emprunts discographiques à la soul ou au jazz des seventies. On est bien servi. Cool.

> STUFF.

Dimance 5, Dance Club, 21h.

Dries Laheye, Andrew Claes, Joris Caluwaerts, Lander Gyselinck et Menno nous viennent d’Anvers et de Gand. A l’exception de Menno, qui est DJ, ils ont tous été formés au Conservatoire et, sous le nom de code STUFF., balancent sur leur premier album homonyme la musique instrumentale croisant le hip-hop old school au jazz. Enivrant.

www.couleurcafe.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité