Pourquoi la drogue flakka ne fait sans doute pas autant de ravages

Après le krokodil, la molly ou les sels de bain, cette nouvelle drogue ultra puissante détruirait tout sur son passage. Décryptage.

flakka_00000

C’est tout nouveau, ça vient de sortir et ça vous ferait passer une pipe à crack pour une cigarette qui fait rire. Drogue de synthèse à l’apparence –une fois encore- de sels de bain, la flakka ferait des ravages en Floride. Il faut dire que cette nouvelle came, commercialisée 5 dollars le gramme, serait super addictive et potentiellement mortelle. Voire même pire… James Hall, épidémiologiste à la Nova Southeastern University de Floride, nous décrit le cauchemar: «La température du corps grimpe à 40 degrés ou plus, les victimes se déshabillent, certaines pensent que leur corps est en feu, d’autres courent dans les rues convaincues qu’elles sont poursuivies par des personnes ou des animaux sauvages imaginaires cherchant à les tuer.».

Aussi appelée «folie à 5 dollars», la flakka aurait d’ailleurs provoqué la mort de dizaines de personnes en Floride. Les services d’urgence des hôpitaux déclarant avoir accueilli jusqu’à vingt victimes par jour. Mais tous ces détraqués qui couraient nus et ceux qui se sont fait abattre par des policiers étaient-ils réellement sous son emprise? On se permet d’en douter. Car si certains experts pensent que son composé principal serait l’alpha-PVP, un puissant stimulant, on ne sait toujours pas ce que contient exactement cette mystérieuse drogue.       

Cela ne vous aura d’ailleurs pas échappé: chaque année, les médias présentent la nouvelle drogue mortelle de l’été. Toujours plus cheap, plus addictive et plus dévastatrice. L’année dernière, c’était la Molly. En fait un coup de génie du marketing des narcotiques qui a rebaptisé le MDMA (le principe actif de l’ecstasy, soit une drogue non mortelle dans 99% des cas) pour le remettre au gout du jour. Et avant cela, c’était les sels de bain ou le fameux krokodil, ce dérivé de morphine clandestin fabriqué en Sibérie que la presse américaine avait rebaptisé «drogue du cannibale» après avoir vu, comme bon nombre d’internautes, un mec nu complètement allumé en déchiqueter un autre sur une route du sud-est des Etats-Unis. Le buzz se transforma même en psychose. La moindre vidéo de cannibalisme étant automatiquement taguée «krokodil». Avant que les analyses de sang du «cannibale de Miami» ne révèlent aucune trace de stupéfiant.

Alors au lieu de tenter d’incarner le combat contre les drogues en se focalisant sur quelques histoires et images chocs, prenons la vraie mesure du phénomène. Chaque année, près de 150 nouvelles drogues de synthèse débarquent sur le marché. Et dont on ne sait… rien.   

Sur le même sujet
Plus d'actualité