P. Diddy: touche pas à son fils!

En bon père de famille, Sean Combs aka P. Diddy ou Puff Daddy selon les jours, ne supporte pas qu'on crie sur ses enfants. Attention coup de boule!

article-2095689-11916992000005dc-492_468x488

Lundi soir sur le campus d’UCLA à Los Angeles, le rappapa poule assistait au match d’entraînement de l’équipe de foot de son fils aîné Justin. Mais le coach – même pas peur – a osé remonter les épaulières du défenseur arrière devant son géniteur. Et comme papa a le sang chaud… il a attendu le coach à la sortie des vestiaires armé d’une kettlebell (sorte de poids de muscu en fonte) et bing dans sa face!

Le hic c’est qu’aux Etats-Unis, cet accessoire est considéré comme une arme mortelle et le rappeur frappeur s’est retrouvé derrière les barreaux. Une comparution immédiate, deux jours de cachot et une caution de 50.000 dollars plus tard, monsieur Combs vient de retrouver sa liberté mais devra s’expliquer devant le tribunal le 13 juillet prochain. Et même s’il évoque la légitime défense (le vilain coach aurait tenté de lui confisquer son téléphone portable alors qu’il appelait la police), l’argument semble un peu trop léger.

Cette convocation devant la justice est loin d’être une première pour Puff qui fréquente les tribunaux depuis près de 20 ans. De règlements de comptes entre rivaux de la scène hip-hop à violences envers autrui, celui qui a été arrêté (puis blanchi) dans le dossier du meurtre de 2Pac, en 1996, a un très lourd passé judiciaire. Et même si l’artiste à la tête d’un empire estimé aujourd’hui à plus de 700 millions de dollars, et selon ses dires « rangé des voitures » il aura bien du mal à convaincre.

Plus d'actualité