Une Fête de la Musique cinq étoiles

Record d’affluence au Cinquantenaire pour une édition où les enfants ont été particulièrement gâtés. Notre débrief complet.

1391571

L'échec du crû 2013 de la Fête de la Musique avait été mis sur le compte de la météo catastrophique. Le succès glané en 2014 était notamment justifié par la ferveur autour du Mondial. Mais sans foot et avec une météo qui a pourtant joué au yo-yo ce week-end, cette édition 2015 est l'une des plus belles que nous ayons vécue. Et la raison est simple. Une Fête de la musique, c'est un esprit de fête et de la bonne musique. C'est exactement ce que nous y avons trouvé.

Avec plus de 700 concerts organisés un peu partout en Fédération Wallonie-Bruxelles, une programmation irréprochable pour sa qualité et une organisation qui soigne l'accueil du public que le confort des artistes, même le Schtroumpf grincheux aurait dû s'avouer conquis.

C'est avec le sourire, le cœur qui bat la chamade et la niaque du premier de cordée que nous avons pris nos quartiers au Cinquantenaire. Un choix judicieux tant pour l'affiche proposée que pour les animations extra-musicales et la beauté contrastée des lieux. Avec plus de 20.000 personnes qui s'y sont rassemblées samedi, les records sont battus.  Tout bénef' pour des artistes comme Paon, Robbing Millions, Mountain Bike ou encore l'équipée sauvage du Wild Classical Music Ensemble qui n'ont jamais joué devant autant de monde dans leur carrière. Cette année, plus que jamais, les enfants étaient aussi à la fête avec, notamment, les Déménageurs qui ont fait danser culottes courtes et parents à l'heure de la messe ce dimanche.

NOTRE TOP 3 CONCERTS

1. MLCD. Sans album à promouvoir (le petit dernier "The Smoke Behind The Sound" date de janvier 2014), sans nouvelles chansons à présenter, mais avec un grande générosité et une maîtrise toujours impressionnante, la formation liégeoise a livré une prestation cinq étoiles sous l'arcade du Cinquantenaire. Du poppy Bitter taste of life à l'épique Fire en passant par le désormais classique He's not there, MLCD a imposé sa classe en toute décontraction.

2. Robbing Millions. Bon, on avoue que les contorsions  de leur bassiste pile Wonder nous énerve un peu, mais poussé dans le dos par notre compagne, on s'est laissé avoir par leur pop tonique et leur bof attitude. Sans le faire exprès, Robbing Millions s'est retrouvé au meilleur moment de la journée à 20h, au meilleur endroit sur la scène du Parc. Le son était parfait, le public dansait et la sauce a pris. Ils ont gagné beaucoup de fans ce samedi. C'est du joli…

3. Les déménageurs. Comme les Stones ou Indochine, leur tournée affiche complet des mois et des mois à l'avance. Alors, les voir en concert gratos au parc du Cinquantenaire, c'est un vrai cadeau. Avec les Déménageurs, plus besoin d'aller au zoo ou à l'école. Avec toujours une profonde musicalité, les Déménageurs nous apprennent à compter, nous font (re)découvrir les petits plaisirs de la vie et dessinent un monde en couleur qui égaye petits et grands. Enfin de la chanson pour enfants qui ne prend pas les enfants pour des débiles.

Notre top 3 animations

1. La brocante musicale. Pas trop de stands, toujours quelques vendeurs qui profitent de "la mode du vinyle" pour gonfler injustement leurs prix, mais heureusement quelques vendeurs qui proposaient des trésors à des prix démocratiques. On a trouvé le pressage U.S. du premier album solo de Bryan Ferry à 2€ et le "From Here To Eternity" (1977) de Giorgio Moroder à 5€. Yep!

2. Les animations pour les gosses. L'école c'est jusqu'au 30 juin, mais ce week-end, ils étaient comme en vacances. C'est gai à voir…

3. Le stand de thé qui proposait des spécialités encore peu connues chez nous de ….

Sur le même sujet
Plus d'actualité