Télématin a 30 ans!

Depuis trente ans, toute la France et un peu de la Belgique se lèvent avec William Leymergie etTélématin. Un succès étonnant qui donne des idées à certains. Mais ce n’est pas par hasard si le petit-déjeuner servi sur France 2 attire autant depuis si longtemps.

1380495

C’est toujours le même rituel. Il est 6h30. L’infatigable, l’indémodable, le toujours content William Leymergie apparaît en même temps qu’une horloge blanche en bas de l’écran. Ces deux-là sont les immuables repères de Télématin pour1,2 millions Français et 20 000 téléspectateurs belges qui ne sentent pas exclus par cette émission conviviale. Une émission qui se pose en véritable concurrente des matinales radio. Entre cinq rendez-vous d’information,Télématin diffuse en effet une bonne dizaine de sujets "magazine" chaque jour, sur la musique, le cinéma, l’histoire, les voyages, l’emploi, le bien-être, le sport des téléspectateurs, la vie quotidienne… Ces reportages sont saupoudrés de conseils et astuces distillés par une équipe de chroniqueurs joyeux, simples, mais affûtés. L’émission draine du monde. Elle est aussi faite par pas mal de monde. Deux rédactions distinctes, l’une pour l’information, l’autre pour le magazine, travaillent du lundi au samedi tous les jours de l’année, vacances et jours fériés compris. Et pour coordonner ce mélange d’informations et de divertissement, William Leymergie est le seul maître à bord.

C’était donc il y a trente ans, le Bordelais aux dents du bonheur accueillait les lève-tôt dans la première matinale du service public. Hormis Michel Denisot et son 7/9 apparus quelques mois auparavant sur Canal+, jamais la télévision française n’avait connu de programme aussi tôt. Tout était à créer. Pour s’inspirer, William Leymergie et ses compagnons de l’époque, Paul Nahon, Henri Slotine et Daniel Patte sont allés voir du côté de l’Oncle Sam. Née en 1952 et toujours à l’antenne, l’émission pionnière Today de NBC mélangeait déjà informations chaudes à peine publiées par les agences, chroniques sur la santé, la nourriture, la mode et interviews de personnalités. Ce Today Show est encore aujourd’hui leader des audiences matinales avec 5 millions de téléspectateurs de moyenne quotidienne.

Leymergie tout-puissant

De sa sœur américaine, Télématin a gardé le rythme soutenu et la structure. Mais exit la présentation à deux têtes, la voix off et les traditions 100 % américaines, comme les passages répétés de la caméra hors du plateau pour filmer les centaines de fans qui se pressent contre les vitres du "Studio 1A"sur le Rockefeller Plaza. Plus proche, plus intimiste et moins tape-à-l’œil, l’émission de France 2 dure aussi moins longtemps: 2 heures 30 de direct contre 4 heures. Mais elle est entièrement assurée par William Leymergie, là où les Américains sont plusieurs à se succéder. Il faut dire queTélématin et William Leymergie ne font qu’un.

Depuis le 10 janvier 1985, le présentateur ne s’est échappé que trois ans pour pouvoir présenter le journal de 13 h, laissant Julien Lepers puis Roger Zabel s’occuper des croissants. Personne ne parvient mieux que Leymergie à incarner la bonne humeur si tôt dans la journée. L’homme est un joyeux luron. Déjà à ses débuts, entre deux journaux culturels sur France Inter, il faisait le pitre dans Récré A2 auprès de Dorothée. Mais derrière la bonhomie de celui qui a interprété le générique du jeu vidéo Pac-Man – et qui n’en est pas peu fier), se cache aussi un véritable homme d’affaires. Producteur de Récré A2, Télématin ou encore C’est au programme, l’émission matinale de France 2 qui lui succède chaque jour, William Leymergie n’hésite pas à diriger ses équipes d’une main de fer pour qu’elles donnent le meilleur d’elles-mêmes. Quitte à parfois y aller un peu fort. En 2007, il fut ainsi mis à pied pendant deux semaines, pour avoir étranglé son chroniqueur Jean-Philippe Viaud. L’affaire a vite été oubliée et sa team matinale continue à se serrer les coudes autour d’un chef qui, à l’antenne, distribue marques de complicité et traits ironiques. C’est le jeu, un jeu manifestement gagnant.

Leader indétrônable

Car rien ne semble pouvoir ébranler Télématin. Ni les scandales, ni l’apparition depuis quelques années de matinales proposées par les chaînes d’information en continu. C’est que l’émission a su évoluer sans brusquer ses fidèles, passant du décor de salon cosy avec de gros fauteuils confortables au plateau d’un blanc immaculé. Pour rester dans l’air du temps, les réseaux sociaux et Internet sont aussi entrés petit à petit dans la matinale (notamment via la chronique de Laura Tenoudji ou celle de Julia Livage) aux côtés de rendez-vous plus classiques comme les revues de presse de Patrice Romedenne, l’interview "4 vérités" de Roland Sicard ou les Mémoires de Frédérick Gersal. Télématin n’oublie pas non plus qu’il est rediffusé sur TV5 Monde. Il voyage grâce à sa chronique Sans frontière. Depuis cette année, une nouvelle séquence du samedi baptisée C’est un monde fait appel à un réseau de correspondants à l’étranger pour ouvrir encore un peu plus l’émission. L’équipe de Télématin n’a donc rien à envier aux flots d’infos diffusées en boucle chez ses voisins. William Leymergie reste confiant même s’il pense qu’entre iTélé, BFMTV et France 2, une des trois matinales va devoir disparaître. En attendant de savoir laquelle, il continue de faire sonner son réveil au milieu de la nuit. Toujours souriant à 68 ans, fringant et, comme il se doit en 2015, négligemment barbu… "jusqu’à ce que les gens se lassent".

Plus d'actualité