Puberté précoce: faut-il paniquer?

Des seins qui apparaissent chez des fillettes de 7 ans, ce serait de plus en plus fréquent. La faute à la pollution, paraît-il. Faut-il s'inquiéter? Le point en 7 questions.

1375039

Notre expert

Le professeur Jean-Pierre Bourguignon pédiatre et endocrinologue spécialiste de la puberté à l'ULg.

Depuis une dizaine d'années, le monde scientifique observe des faits de plus en plus précis: de nombreuses études indiquent que les enfants sont pubères plus jeunes qu'avant. Et même parfois trop jeunes. Ce qui peut poser des problèmes tant sur le plan physiologique que psycho-social. Avoir le corps d'une femme formée à 8 ou 9 ans n'est pas facile à vivre. D'autant qu'une autre fille n'entrera peut-être en puberté qu'à 13 ans… Autant dire d'immenses fossés peuvent parfois se creuser entre amies. Des poils pubiens à 6 ans, des seins à 7 ans, des règles à 8 ans… Quelles conséquences pour l'avenir des enfants? Quand les parents doivent-ils s'inquiéter? Existe-t-il des traitements en cas de puberté précoce? Le point avec Jean-Pierre Bourguignon, pédiatre endocrinologue à l'ULg.

1. "Précoce", c'est quoi?

Plus que par l'apparition d'une pilosité pubienne, le début de la puberté est marquée par celle des seins chez la fille et par l'augmentation du volume des testicules chez le garçon. On parle de "précocité" si ces premiers signes surviennent avant 8 ans chez elles et avant 9 ans chez eux. Aujourd'hui, l'ensemble des hôpitaux académiques belges traiteraient entre 50 et 100 nouveaux cas de puberté précoce par an, ce qui représente 1 cas sur 2.000 naissances environ. Parmi ces cas, on trouve dix fois plus de filles que de garçons, sans doute parce que chez ces derniers les premiers signes de puberté sont moins visibles.

Intéressant: une étude menée en 2009 dans des écoles de la région bruxelloise donnait des chiffres bien plus élevés, autour de 5 % chez les filles et de 8 % chez les garçons. Il semble donc qu'une partie des pubertés précoces ne donne pas lieu à une consultation médicale, sans doute tout simplement parce qu'elle ne pose pas question au jeune ni à ses parents et est vécue sereinement. Quand les seins apparaissent entre 8 et 9 ans, ce qui concerne 5 à 10 % de la population des filles, on parle de puberté "avancée". Cela n'est pas anormal et cela ne nécessite a priori pas de traitement.

2. Il y en a plus qu'avant?

"Les résultats de l'étude menée dans les écoles bruxelloises indiquent en effet qu'il y a augmentation par rapport aux dix ou vingt dernières années", dit Jean-Pierre Bourguignon. Une tendance qui a également été observée aux Etats-unis et au Danemark, notamment. Mais si davantage d'enfants entrent en puberté plus tôt qu'avant, il semble aussi que certains terminent plus tard."Tout n'avance pas de façon uniforme", note le Dr Bourguignon. Si l'apparition des seins arrive en moyenne un an plus tôt qu'il y a vingt ans, l'âge des premières règles (en fin de puberté) lui, n'a baissé "que" de six mois sur les cinquante dernières années…

3. La faute à qui? A quoi? 

Parmi les grands suspects, on trouve les fameux (et très nombreux) perturbateurs endocriniens, dont le Bisphénol A n'est que le représentant le plus médiatique. 

La suite dans le Moustique du 3 juin 2015

Plus d'actualité