Mélanie Georgiades alias Diam’s publie un nouveau livre

Dans "Mélanie, Française et musulmane", l'ex-star du rap revient sur sa conversion à l'islam et évoque quelques épisodes importants de son cheminement spirituel.

1370331

Dans l'interview qu'elle a accordé à TF1 dimanche dernier, Mélanie Georgiades a clairement laissé entendre que Diam's n'existait plus. Qu'elle était derrière elle. Qu'elle l'avait abandonnée au moment où elle a eu la révélation de la foi. Pourtant sur la couverture de son nouveau livre, le nom de Diam's apparait encore – signe que Mélanie Georgiades ça ne dit pas grand chose à tout le monde et que le potentiel commercial du patronyme est plus faible que celui du pseudonyme.

Trois ans après un premier livre autobiographique à travers lequel elle évoquait à sa conversion à l'Islam, l'ex-rappeuse, qui a adopté le voile, dit avoir été "envahie" par "l'émotion, l'incompréhension, l'horreur et les questionnements"  après l'attaque du 7 janvier à la rédaction de Charlie Hebdo. "Dans les jours qui ont suivi, j'ai observé que la peur et le rejet s'immisçaient sournoisement chez certains… alors j'ai repris la plume, comme pour témoigner".

Si on la comprend bien, Mélanie est une accidentée de la célébrité. Elle qui a très mal vécu la déflagration du succès – cette chose après laquelle beaucoup d'artistes courent et qui, dans son cas, s'est terminé en institut psychiatrique et par une tentative de suicide. Diam's avait tout – l'amour des fans, l'argent, la gloire – mais n'avait rien… Dans le livre, Mélanie Georgiades raconte le gouffre vertigineux devant elle évolue, la tête torturée par un incessant vacarme fait de voix qui crient "pourquoi?". Une question dont elle trouve la réponse à 28 ans dans la révélation de la prière…

Dans "Mélanie, Française et musulmane", elle retrace ses pèlerinages sur les terres du Prophète – Médine et La Mecque – son divorce dont elle utilise l'évocation pour désamorcer les critiques qui l'ont souvent réduite à une femme soumise ayant renoncé à sa liberté en même temps qu'elle adoptait le voile. Elle raconte l'insulte… "Belphégor! Rentre dans ton pays", comme entendu au centre commercial… Et Mélanie n'aurait pas à aller très loin pour rentrer dans son pays: elle est française. Elle raconte le "vivre ensemble" qu'elle expérimente à la campagne où elle s'est retirée et élève ses deux enfants.

Elle focalise aussi sur les retrouvailles avec son père – cet homme absent durant son enfance qui rentre de Chypre pour renouer avec cette fille dont il n'approuve pas la conversion mais qu'il accepte en charriant son look et ses nouveaux principes! Le livre est véritablement un hommage au Coran qui lui a sauvé la vie et une armure offerte à tous les musulmans victimes d'amalgames. Un livre dont la ligne directrice se trouve dans ce statement : "Si quelques-uns veulent associer islam avec "mort et violence", alors je leur dirai comment l'islam rime en moi avec sérénité et douceur"    

Sur le même sujet
Plus d'actualité