Le top flop des espèces en péril

Ce 22 mai, c'est la Journée mondiale de la biodiversité. On fait le point sur les espèces en danger et celles qui ne le sont plus.

1367325

En danger immédiat 

– L’éléphant d’Afrique.

Il en resterait 400.000 spécimens, mais l’accroissement du braconnage pourrait fausser ces estimations. On craint sa disparition en 2020. 

– La panthère de l’Amour 

Très prisé par les chasseurs, c'est le gros félin le plus menacé sur Terre.

– La tortue luth 

La pêche intensive, mais aussi l'intérêt que les collectionneurs portent à ses œufs, ont considérablement fait baisser ses effectifs.

– L'ours polaire 

Il en resterait 20 à 25.000 à l’heure actuelle. Chiffre en augmentation depuis qu'on régule leur chasse. Mais ils sont évidemment les premières victimes désignées de l'inexorable fonte des glaces.   

– Le gorille des montagnes

La déforestation mais aussi le braconnage pourraient avoir définitivement raison d'eux.

– Le tigre de Sibérie

Il ne reste que 450 spécimens du plus grand – et peut-être plus beau – félin au monde, lui aussi victime du braconnage.

Trop tard…

Le rhinocéros blanc du Nord (pour bientôt)

Au Kenya, Sudan, le dernier mâle de son espèce, est en permanence protégé par trois rangers et sa corne régulièrement rabotée pour dissuader les braconniers. L'espoir qu'il puisse un jour se reproduire pour éviter l'extinction est très mince, car il n'y a plus que quatre femelles avec lesquelles il pourrait s'accoupler. À moins qu'une fécondation in vitro, encore inédite chez les rhinos…

La tortue géante de l’île de Pinta (disparue en 2012)

La mort de "Georges le Solitaire", un spécimen centenaire, a sonné le glas de son espèce dans les Galapagos.

Le rhinocéros noir (disparu en 2011)

Au Cameroun, les braconniers ont eu raison de l’espèce, pourtant mise sous surveillance.

Le phoque moine des Caraïbes (disparu en 2008) 

L’animal ne s'est jamais remis de la chasse qui lui a été donnée au 18 et 19e siècle.

Le dauphin de Chine (disparu en 2006)

Ce mammifère d'eau douce vivait dans un seul fleuve, le Yangzi Jiang.

Le bouquetin des Pyrénées (disparu en 2000) 

Après une tentative ratée de clonage à partir d'ADN de l’animal, cette espèce a définitivement disparu. 

Sauvées de justesse

– La baleine à bosse

Menacée il y a encore quelques dizaines d’années, ses effectifs ont remonté pour atteindre 80.000 spécimens, grâce à la protection dont elle a fait l'objet. C'est même devenu un argument chez ceux qui ne portent pas les éco-activistes dans leur cœur. On a tellement crié "sauvez les baleines" qu'on a un jour oublié de les compter…

– Le panda géant

Il y en a deux chez nous, mais pas beaucoup plus ailleurs. En Chine, ils sont 2.500 spécimens vivant encore à l’état sauvage. Sauf que là-bas, les éventuels braconniers sont parfois exécutés.

– Le singe-lion doré

Au Brésil, depuis que son image est apparue sur les billets de 20 réais, il va beaucoup mieux. Plusieurs réserves ont été établies pour assurer sa protection.

– Le diable de Tasmanie

Ce petit marsupial carnivore a bien failli disparaître suite à une maladie contagieuse. Mais les scientifiques sont aujourd'hui plus optimistes.

– Le cheval de Przewalski

Il apparaît dans des peintures rupestres datant de 20.000 ans en Europe. Dans les années 60, il n'en restait plus à l'état sauvage. Mais quelques spécimens de zoos ont pu être réintroduits dans la nature. Ils forment aujourd'hui quelques petites populations vivant en Mongolie, en Chine et en Ukraine, près du site de Tchernobyl…

Sur le même sujet
Plus d'actualité