Laverne Cox: « Sophie a découvert sa féminité derrière les barreaux »

Dans Orange Is the New Black, elle est magistrale en Sophia Burset, coiffeuse transsexuelle qui veut le bien de tout le monde, en particulier celui de son fils.

1381567

Inconnue jusqu’à son apparition dans Orange Is the New Black il y a deux ans dans le rôle de Sophia, Laverne Cox est probablement la personne transgenre la plus célèbre au monde. Nommée pour un Emmy Award l’an dernier, elle a aussi été la première trans à faire la une de Time Magazine. De passage à Paris la semaine dernière, elle nous a accordé un entretien dans une robe… orange (« Sincèrement, ce n’est pas fait exprès. Mon styliste l’a choisie pour moi ce matin, et je ne m’en suis rendue compte que tout à l’heure », nous a-t-elle dit avec le plus grand sérieux.)

Comment fait-on pour incarner quelqu’un qui passe tout son temps en prison ?

Laverne Cox – C’est intense. Jenji nous a expliqué qu’en écrivant, elle avait besoin des flashbacks pour ne pas se sentir enfermée. En termes d’imagination et de créativité, il faut rester connecté à ce qu’il y a à l’extérieur, imaginer comment faire face à ces situations. Dans le cas de Sophia, garder l’espoir qu’elle sera réunie avec sa famille. Rester elle-même, retirer la joie de cette expérience qui n’est pourtant pas la plus drôle qui soit. Il est intéressant d’observer que la transformation morale de Sophia a commencé longtemps avant son incarcération. En fait, elle découvre vraiment sa féminité derrière les barreaux. J’ai adoré tourner cette saison car j’ai dû explorer des émotions que je n’avais jamais ressenties auparavant.

Comme quoi, par exemple ?

Laverne Cox – Tout ce que Sophia veut dans cette saison, c’est materner son fils, s’en occuper et le protéger.

Vous êtes aujourd’hui un des personnes transgenres les plus célèbres au monde. Pensez-vous que cette notoriété va aider à faire avancer la cause des trans ?

Laverne Cox –  Ce dont je suis très consciente, c’est que grâce à ça, la visibilité des trans a augmenté et qu’on en parle comme jamais auparavant. Mais il faut savoir que rien qu’aux States, sur les huit premières semaines de l’année, sept trans, toutes de couleur, ont été assassinées. Les discriminations ou la violence sont énormes, que ce soit dans les soins de santé ou l’emploi, par exemple. Donc, la visibilité n’est qu’une partie de l’équation. La visibilité doit se traduire dans la vie de tous les jours, dans les mentalités, dans le système lui-même. Le côté positif, c’est que beaucoup de trans viennent me trouver en disant qu’elles ont un job grâce à mon combat. Je suis vraiment heureuse que cette lutte pour l’égalité serve à quelque chose.

 

L’évolution a tout de même été assez rapide depuis deux ans…

Laverne Cox –  Pour moi, lorsqu’on parle des trans il faut aller au-delà de la transformation physique. Ça peut sembler aller vite mais dans la réalité, ça fait longtemps que le combat a commencé, depuis les émeutes de 69 à Stonewall, où toute la communauté LGBT a décidé de ne plus se laisser faire et de se battre pour leurs droits civils.

Votre personnage a une relation complexe avec sa femme. Quel conseil donneriez-vous à n’importe quelle femme dans la position de Crystal, dont le mari a changé de sexe ?

Laverne Cox –  Je n’en ai pas la moindre idée. Ce que j’aime dans la relation de Sophia avec Crystal, c’est qu’il y a beaucoup d’amour entre elles. Il faut savoir que beaucoup de femmes ont du mal à survivre après le changement de sexe de leur mari. Chaque situation est différente. Je ne sais donc pas ce que je pourrais dire à quelqu’un à qui ça arrive, sauf qu’il est important de se rappeler pourquoi on aime une personne et de s’y accrocher.

Orange is the New Black revient le 12 juin 2015 sur Netflix pour une saison 3.

Sur le même sujet
Plus d'actualité