« Il y a très peu d’impro dans Orange Is the New Black »

L’une joue Piper Chapman, héroïne centrale d’Orange Is the New Black , l’autre Crazy Eyes, le personnage le plus barré de la série. Rencontre en toute décontraction avec Taylor Schilling et Uzo Aduba.

1381579

Comme leur bonne copine Laverne Cox, Taylor Schilling (Piper) et Uzo Aduba (Crazy eyes) étaient de passage à Paris pour assurer la promo de la saison 3 d’OITNB. Un chapitre dont le début est surtout marqué par le retour d’Alex Vause dont Piper ne peut décidément pas se passer. Retour qui nous vaut dans le troisième épisode, une magnifique scène d’impro entre les deux filles :« C’était pourtant une scène très écrite, nous dit la jolie petite blonde, pleine de non-dit,s où tout ce qu’elles se reprochent finit par sortir. »

Vous pouvez improviser lors de ce genre de scène ou vous jouez tout ce qui est écrit ?

Taylor Schilling – Jenji veut qu’on suive le scénario à la lettre, du moins pour les dialogues. Pour les attitudes, on nous laisse quand même une certaine latitude.

Uzo Aduba – La gestuelle n’est pas écrite. Mais après quelques prises, il arrive que les scénaristes nous lâchent un peu la bride. Et s’ils aiment ce que vous faites, alors ils vous diront de le garder ou reviendront dessus plus tard.

Quand ils vous rencontrent, les gens font-ils la différence entre vous et votre personnage ?

Uzo Aduba – Quand j’ai commencé la série, des gens pensaient que j’étais vraiment tarée (rires). Quand on me rencontre, notamment dans le métro, certains me disent : Mais vous n’êtes pas folle ! (Rires)

Alex est de retour, ce qui implique des scènes de sexe. Vous avez dit que vous trouviez la nudité un peu effrayante. Comment faites-vous pour que cela vous pose le moins de problèmes possible ?

Taylor Schilling – C’est comme sauter dans une piscine d’eau froide mais pendant la scène j’arrive à me dire que la nudité est justifiée. Du coup, je ne me sens pas trop vulnérable.

Uzo, dans la saison 3, votre personnage est celui qui est le plus touché par l’absence de Vee. Qu’est-ce que ça dit de votre personnage ?

Uzo Aduba – Elle a perdu l’amour de sa vie, quel que soit le genre d’amour que ça peut être. On la voit perdre sa figure maternelle, ce qui la fait se questionner sur sa foi. L’impact est tel qu’elle se pose la question de savoir vers quoi se tourner. Il est intéressant de voir où ça va la mener.

Si on ne regarde que l’épisode-pilote de la série, on pourrait penser qu’il ne s’agit que de l’histoire de Piper. Mais après trois saisons, on se rend bien compte qu’il s’agit d’un ensemble. Comment ressentez-vous le fait de ne plus jouer le personnage central de la série ?

Taylor Schilling – Pour moi, ça a toujours été une série chorale. Piper est juste le déclencheur de l’histoire. Pour imager, je dirais qu’elle est le « mélangeur » dans un verre d’alcool, avec un peu de vodka, de vermouth, de jus de fruits et quelques glaçons. (Rires)

Uzo, en nigérian, votre nom signifie La route est bonne. Peut-on dire qu’elle est encore meilleure depuis qu’Orange est arrivée dans votre vie ?

Uzo Aduba – (Souffle) C’est une accumulation de choses. La route était déjà bonne avant car déjà, j’ai une famille. Du point de vue professionnel, il n’y a rien de plus vrai. Mais le nom lui-même veut dire, et là il y a une nuance : être parti de quelque chose de dur pour arriver à quelque chose de bien  (elle insiste bien en tapant du doigt sur la table). 

Sur le même sujet
Plus d'actualité