Bouli Lanners et Wim Willaert: « Regardez nos têtes: on est du même club »

L'un est Wallon, l'autre est Flamand. Le duo barbu évoque sa rencontre sur le tournage de la comédie décalée des frères Malandrin: Je suis mort mais j’ai des amis.

1386597

L’un arrive de Liège, l’autre de Gand, mais tous les deux par le train. Pour cette rencontre, Bouli a quitté la salle de montage de son prochain long métrage (Les premiers, les derniers avec Albert Dupontel), et Wim la saison 3 d’une série flamande qui cartonne (Eigen Kweek). Généreux, bons vivants, barbus et chevelus, ces deux-là se ressemblent comme deux frères. Ils étaient donc taillés pour partager l'écran. Ce qui est désormais chose faite grâce aux frères Malandrin qui leur ont offert de jolis rôles de bikers immatures. "On a écrit ce film pour Bouli et Wim. Les deux font vraiment la paire. On les a imaginés comme des Laurel et Hardy flanqués de guitares électriques", raconte Stéphane Malandrin.

Acteur-réalisateur bien connu du public (Eldorado,Les géants),Bouli Lanners avait très envie de tourner ce film: "Des scénarios comme ça, sur des types de 50 ans qui jouent dans un groupe de rock, ça n’arrive pas souvent. Il a fallu cinq ans pour que le film se fasse, et je l’ai toujours soutenu". Musicien et acteur, Wim Willaert cartonne en Flandre et s’est fait connaître du public francophone avec Quand la mer monte de Yolande Moreau. Voici venu le temps de les découvrir en rockeurs et de parler de la Belgique. Avec humour, toujours.

L'interview des deux protagonistes dans le Moustique du 17 juin 2015.

We Will Rock You

Réalisé par Guillaume et Stéphane Malandrin. Avec Bouli Lanners, Wim Willaert, Lyes Salem – 96’.

Voici un film à ranger du côté des Mammuth et autres curiosités qu’on aime découvrir dans notre cinéma. Parce qu’ils n’acceptent pas la mort de leur copain "Jipé", trois potes musiciens décident de partir à Los Angeles avec les cendres du mort pour une dernière tournée. Sauf que leur avion va être détourné dans le Grand Nord canadien. L’équipe de bras cassés va se retrouver face à elle-même, et chacun va devoir affronter sa solitude et ses colères, et découvrir la part cachée de Jipé (à travers la belle présence de l’acteur algérien Lyes Salem). Révélation d’un duo de cinéma (Bouli et Wim canon en clowns barbus et potaches), le second film des frères Malandrin (Où est la main de l’homme sans tête) nous fait chavirer avec sa bande de rockeurs au cœur tendre. Tourné entre Liège et Schefferville au Québec, le film promet déjà quelques scènes culte (le passage des cendres à la douane, les scènes à moto…), et une belle méditation sur l’amitié. Moins punk que Kervern et Delépine mais parfois touchant comme un Kaurismäki, cette comédie rock parle aussi des trains qu’on rate dans sa vie, et qu’on rattrape parfois, par accident. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité