Alors, il vaut quoi le nouveau Muse?

Avec son nouvel album concept "Drones", le trio anglais tente de retrouve l'énergie brute de ses débuts. Mission plus ou moins réussie. Muse se produit en clôture de Rock Werchter le dimanche 28 juin.

1374359

 

Découvrez notre interview exclusive de Matt Bellamy dans le Moustique du 3 juin.

Devenu un blockbuster grandiloquent du rock à coup d'albums conceptuels, de chansons épiques et de mises en scène complètement démesurées, Muse a souhaité  amorcer un retour aux sources avec son septième album "Drones" qui sort ce vendredi 5 juin. Mission plus ou moins réussie. Et on vous dit pourquoi…

Le trio anglais a décidé de ne pas produire lui-même "Drones", comme il l'avait fait pour ses deux albums studio précédents ("The 2nd Law" en 2012 et "The Resistance" en 2009) et  a demandé à la grosse pointure Matt Lange de s'installer à la console. "En confiant à Matt tout le côté technique de l'album, on a pu  se focaliser uniquement sur notre musique et sur ce qu'on avait peut-être eu tendance à sous-estimer en studio ces dernières années: l'esprit de groupe", explique encore Matthew dans une interview qui paraît ce mercredi dans l'édition papier de Moustique. "Drones" renoue effectivement avec l'énergie et l'urgence des débuts avec des morceaux qui évitent la démonstration. Avec des réussites incontestables comme Psycho, Revolt, JFK (qui s'inspire, eh oui, un discours de John Fitzgerald Kennedy) ou la ballade Aftermath faite pour user la batterie de votre smartphone en live, Muse montre qu'il n'a rien perdu de sa fraîcheur mélodique. Mais le trio anglais reste toutefois enfermé dans une approche très réfléchie de sa musique. Paranoïaque qui voit des complots partout et rêve sans doute devenir le George Orwell de sa génération, son leader en chef Matt Bellamy n'est pas vraiment du genre à raconter des blagues de Toto dans ses couplets. Le plus sérieusement du monde, il explique ainsi le pitch "Drones". "C'est l'histoire d'un individu qui perd toute émotion et liberté, se fait retourner le cerveau et est recruté pour devenir un drone humain. Fort heureusement, il finit par se rebeller contre le système qui l'a oppressé." Pff… Il s'empresse toutefois d'ajouter: "mais au fond, vous n'êtes pas obligé de comprendre tout ça pour apprécier les chansons." Merci Matt, nous voilà rassurés. Pour rappel, Muse se produira devant 80.000 personnes en clôture du festival Rock Werchter le dimanche 28 juin.  Verrons-nous des dones dans le ciel. Muse en promet pour sa tournée en salles mais on n'imagine mal qu'ils ne préparent un gros "coup" dans la plaine du Brabant flamand.

Muse Dead Inside 

Muse Psycho

Sur le même sujet
Plus d'actualité