Young Adult

Après Juno et In the air, Jason Reitman poursuit un trajet sans faute. Young Adult? Gros coup de cœur!

334415

Le film aurait pu s’appeler "Moi, moche et méchante". Mais le titre était déjà pris. Et puis, Jason Reitman, réalisateur sur lequel il faut désormais absolument compter (Juno, In the air), trace tout doucement une cartographie originale de l’Amérique et de ses drôles de contemporains. Hors des sentiers battus. Ce qui l’amuse le plus, c’est de prendre le contre-pied des clichés habituels. Aussi, si les moches sont généralement méchants dans les films hollywoodiens, Reitman entend montrer qu’on peut être belle à tomber par terre, ressembler comme deux gouttes d’eau à la magnifique Charlize Theron, et être un personnage agressif, prétentieux, manipulateur, dangereusement sexy, totalement immature, le plus souvent très alcoolisé, bref, en un mot: une nana odieuse.

Ex-reine de bal qui faisait baver les filles comme les mecs du lycée de son bled paumé où elle s’ennuyait à mourir, Mavis s’est exilée dans la grande ville, montant de fait de catégorie sociale aux yeux des bouseux qui ont partagé son enfance. Lesquels l’admirent ou la jalousent toujours pour sa beauté et sa situation. Mais à l’intérieur, ça ne tourne pas rond. A trente ans passés, elle se réveille plus souvent qu’à son tour dans son t-shirt Hello Kitty et les bras d’un amant de passage. Pour couper court à cette vie d’ado bordélique comme son appart, Mavis décide de retourner sur les lieux de son enfance pour reconquérir son ex-petit ami de lycée devenu papa. Avec un entêtement maladif qui écornera sérieusement son statut d’idole d’autrefois.

Film magnifique sur la comédie des apparences, Young Adult doit énormément au scénario d’une rare subtilité de Diablo Cody (déjà scénariste de Juno pour Reitman). Pas un personnage n’est laissé sur le bas-côté de l’histoire, chacun développant une multiplicité de facettes humaines. C’est riche, fort, méchamment drôle, émouvant, dérangeant souvent, tant on peut s’y reconnaître.

Dans le rôle de cette garce qui s’enfonce dans sa médiocrité, mais que l’on a envie de prendre dans les bras l’instant d’après, grâce à la relation étrange qu’elle entretient avec un handicapé qui lui ressemble à bien des égards, Charlize Theron est renversante. Jamais, de mémoire de cinéma, on a autant aimé haïr une héroïne. Nous avons donc adoré le pari de Reitman de créer un personnage féminin authentiquement nouveau, jusque dans un finale cynique et surprenant assumé jusqu’au mot "fin". On dit bravo!

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Young Adult
Réalisé par Jason Reitman (2012). Avec Charlize Theron, Patton Oswalt, Patrick Wilson – 93′.

Sur le même sujet
Plus d'actualité