Yolande à Cannes

Yolande Moreau, qui s’apprête à tourner cet été pour Stéphane Brizé (aussi sur la Croisette avec La Loi du marché), trimballe sa longue jupe rouge et son air de poupée trop grande en habituée de la Quinzaine des réalisateurs (elle y présentait son film Henri en 2013) : « Ils sont culottés et cinéphiles, je les aime bien, moi à la Quinzaine ».

1364865

Cette année, elle est venue défendre le film de Jaco Van Dormael, Le Tout nouveau testament. On a  adoré la rencontrer, le temps d’un café, sur la terrasse des Suites Clarion.

Pour Jaco, elle joue la femme de Dieu – interprété par Benoît Poelvoorde. « Ca ne se refuse pas ! Et puis j’avais très envie de jouer avec Poelvoorde, il me touche beaucoup » lance-t-elle l’air espiègle, mais toujours franche, ses deux yeux très bleus étrangement en amande plantés dans les vôtres. Le glamour à Cannes ? « J’y pense pas. Cannes est une belle vitrine, mais qui peut être dangereuse. Ça passe ou ça casse. Notre métier, c’est pas les paillettes ». A propos de Catherine Deneuve, venue soutenir le film, Yolande ajoute : « C’est une grande dame du cinéma, elle m’en bouche un coin. Elle vit une nouvelle jeunesse et ses choix sont étonnants ». Effectivement et d'autant plus lorsqu’on découvre l’actrice française amoureuse d’un gorille dans le film.

Plus que tout, pour Yolande, Cannes c’est un partage : « la projection hier était très émouvante, on reçoit beaucoup. Le film rassemble plein d’acteurs que j’aime, Serge Larivière, Didier de Neck… et puis le scénario était culotté, ça m’a plu. Le film pose aussi des questions qui importent à Jaco. Comment utiliser au mieux le temps qu’on passe sur terre ? ça nous questionne tous ». Yolande Moreau est de passage à Cannes, et un vent de grâce souffle sur la Croisette.

Sur le même sujet
Plus d'actualité