Xavier Dolan venge sa mère

Mommy a ébloui le dernier Festival de Cannes. Et c'est notre Palme d’Or du cœur.

1193745

"A l’époque de J’ai tué ma mère, je pense que je voulais tuer ma mère. Les années ont passé depuis, et je crois bien qu’aujourd’hui, à travers Mommy, j’essaye de la venger", confie Xavier Dolan à propos de son dernier film, reparti avec le Prix du jury à Cannes. En cinq ans et cinq films (Les Amours imaginaires, Laurence Anyways), le cinéaste québécois prodige de 25 ans s’est taillé une réputation de génie. Méritée? Sans doute lorsqu’on découvre ce film brillant imprégné de l’essence du cinéma de Dolan: l’amour toxique, la relation mère-fils, l’inévitable séparation. 

Mommy se déroule dans une banlieue pavillonnaire, où une loi permet aux parents de se décharger d’enfants ayant des troubles du comportement. Pour éviter cette extrémité, Diane, une mère célibataire immature et séductrice (superbe Anne Dorval) propose à sa voisine Kyla de l’aider à s’occuper de son fils Steve, un ado violent accusé d’avoir déclenché un incendie. A eux trois, ils vont goûter au bonheur, jusqu’à ce que la vie rattrape cet équilibre familial inédit et fragile. 

Dolan magnifie comme il sait faire cette histoire d’amour transgressive et passionnelle. Car ce qui est bien avec lui, c’est qu’il n’a pas peur de son génie. Prêt à user sans vergogne de tous les artifices qu’on prend parfois pour des tics de réalisation (trop de filtres, trop de musique, trop de ralentis, trop d’effets), il parvient à les transcender dans l’ivresse évidente qu’il a de filmer. Et dans l’émotion à la fois euphorique et désespérée que dégage ce film extrémiste qui convoque l’amour, l’inceste, la tristesse, la liberté. Mais cette fois, les musiques qui inspirent le cinéaste, toujours populaires et sentimentales (Céline Dion, Oasis, Lana del Rey) sont intégrées au récit filmique. Plus qu’une vengeance, Mommy est un hommage éblouissant à la condition maternelle, à ses joies comme ses détresses. Clairement, Dolan signe un chef d’œuvre incandescent et noir, qui brille de l’intérieur, pour longtemps. – J.G.

> MOMMY, réalisé par Xavier Dolan. Avec Anne Dorval, Suzanne Clément, Antoine-Olivier Pilon – 178’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité