Wu Lyf cultive le buzz et entretient le mystère

"Nous voulons que WU LYF soit plus qu'un groupe. De la même manière que le FC Barcelone est plus qu'un club de foot."

36078

Avec de telles formules, WU LYF aurait pu passer pour une de ces nouvelles formations arrogantes et frimeuses comme seule la perfide Albion peut enfanter. Mais voilà, sur foi de quelques morceaux postés sur son site Internet, ce jeune collectif de Manchester a mis tout le monde dans sa poche. Et son premier album "Go Tell Fire To The Mountain" qui sort officiellement cette semaine justifie la hype.

Imaginez un MGMT dans sa phase psyché, croisant les guitares sous ectasy de Stone Roses et la voix du Tom Waits des débuts. Pas dégueu, non? Ajoutez encore un zeste d'orgue gospel, des influences soul et une basse résonnant comme sur les maxis du label mancunien Factory et vous comprendrez pourquoi on tient avec WU LYF l'une des toutes grosses sensations de l'année.

Malgré le jeune âge de la troupe – vingt ans de moyenne -, les membres de WU LYF (pour World United Lucifer Youth Foundation) ont mis au point une campagne marketing impressionnante. Un site Internet au design urbain, des slogans-chocs ("World united", "Money is not my friend"), des concerts clandestins pour créer le buzz et, pendant presque six mois, une seule photo officielle les montrant comme un groupe d'anarchistes le visage caché par un foulard blanc. Nés dans les quartiers ouvriers du nord de Manchester, où ont grandi avant eux les teignes d'Happy Mondays, les membres de WU LYF dénoncent dans leurs chansons le capitalisme à outrance, la globalisation et saluent les initiatives citoyennes. Bref, autant de thèmes dans l'air du temps qui ratissent aussi large que leur musique. L'ADN de la Lucifer Youth Foundation rassemble tellement d'informations qu'il devient presque impossible d'en constituer le génome. "Nous faisons de la heavy pop" se contentent-ils de préciser dans leur manifeste. Une pop plus envoûtante que lourde avec aucune chanson qui ressemble à la précédente et qui provoque déjà des insomnies à force de se passer en boucle ces perles mélodiques que sont LYF, Cave Song, We Bros ou le bien nommé Heavy Pop. –

Luc Lorfèvre

Le 19/8 au Pukkelpop.

http://www.wulyf.org/

Go Tell Fire To The Mountain
Lyf/PiaS

Sur le même sujet
Plus d'actualité