On a vu The Dream à l’AB

Quand l'un des plus gros producteurs du moment, multi-primé aux Grammy Awards, responsable de la co-écriture de l'Umbrella de Rihanna ou du No Church In The Wild de Kanye West et Jay Z et heureux géniteur de 5 albums d'un R&B langoureux se présente en concert à l'Ancienne Belgique, on imagine qu'il y aura foule au portillon. Et pourtant.

940731

Déplacé faute de monde dans l'enceinte du Club, la petite salle de l'AB, The Dream affublé d'une casquette et de grosses lunettes noires et son live band se produiront finalement face à une grosse centaine de personne tout au plus. Comme un novice du milieu, lui qui a permis de vendre des millions d'albums. Véritable génie de la production, acclamé par la critique à chaque sortie de disque, comme son "IV Play" en mai dernier, Terius Youngdell Nash à la ville n'a jamais rencontré en solo le succès des morceaux qu'il façonne pour les autres. Un paradoxe qu'il cultive, étrangement. "Je sais que cette chanson ne sera pas jouée sur les radios du Top 40" expliquait-il au sujet de son dernier single Slow It Down. Sans que cela lui pose le moindre problème. Accompagné d'un batterie puissante, d'une basse chaloupée et d'un beatmaker aux anges, l'homme se fait plaisir et fait décoller les décibels, saturant la pièce d'ondes terriblement sensuelles.

C'est qu'une tournée en petit comité a aussi ses avantages, comme celui de communiquer avec son public. Et The Dream ne s'en prive pas. Jouant à la fois avec son statut de lover -de ceux qui chantent du R&B des trémolos dans la voix à la Usher- et son incroyable sens de l'humour, l'artiste apparemment ravi discute entre chaque morceau. Et quand une fille du premier rang le drague ouvertement, il répond "Qu'il doit se méfier, parce que rien n'est jamais gratuit." L'atmosphère est bon enfant, la foule se chaloupe en cadence sous les lumières tamisées. Gros beats, comme sur Walking On The Moon ou rythmes smooths et captivants avec I Luv Your Girl, il offre une heure de détente, pour terminer en apothéose sur Rockin' That Shit et s'en aller tout de go. Un peu court. Mais on est charmés. Par son style, son génie et à la fois tant d'humilité.

Plus d'actualité