The Voice: Nos lecteurs face aux coachs

Ils en rêvaient. Moustique le leur a offert. Onze de nos lecteurs ont pu interviewer en exclusivité les quatre jurés de The Voice 2.

754299

Ce dernier dimanche, ils étaient onze à avoir bravé le froid et surtout la neige pour rejoindre la RTBF-Liège sur le site de Média Rives. Ces valeureux lecteurs, heureux gagnants de notre concours, y avaient rendez-vous avec Natasha St Pier, Marc Pinilla (du groupe Suarez), Quentin Mosimann et B.J. Scott, les quatre jurés-coachs de la saison 2 de The Voice Belgique démarrée en fanfare ce mardi 22.

Pourquoi avez-vous accepté d'être les nouveaux coaches?

Natasha St Pier – Parce que j'ai le temps et que le concept de l'émission me plait énormément. On retourne toutes les règles des télé-crochets. On juge la voix, le public est impliqué, les talents ne sont pas formatés, on n'exploite pas leur vie privée, leurs sentiments, on ne travaille que dans la musique. Pour m'associer à une émission, il fallait qu'elle partage mes valeurs. Avec The Voice, c’est le cas.

Marc Pinilla – J'avais envie de découvrir le monde de la télé. Je voulais aussi montrer l'envers du décor de Suarez, prouver que nous sommes des gens qui travaillent et connaissent la musique. Pas seulement un petit groupe populaire qui fait de la chansonnette. C'est une manière de montrer qui nous sommes. Mais aussi de partager nos acquis, et c'est payant: on mesure clairement l'évolution des talents dans les phases de workshop, tant techniques que physiques.

Qu'est-ce que The Voice vous apporte?

Marc – J'ai découvert des vrais collègues de travail. J'avais pourtant des a priori sur eux. Pour moi, Quentin était juste le type qui sortait de la Star Ac et Natasha, la chanteuse de variété typique. Je me trompais. Nous sommes tous des acharnés de travail. The Voice m'a appris à retirer ces étiquettes.

Natasha – Après plusieurs années de métier, on perd parfois la magie de la musique. Ici, on redécouvre cet émerveillement dans les yeux de ces jeunes talents. Leurs rêves et leurs fantasmes. Ça redonne une dynamique à mes envies musicales.

La compétition entre coaches, c’est pas un peu du chiqué?

Marc – Non, elle est bien présente! Si nous n'avions pas cette envie de gagner, l'émission perdrait de son charme. On parle des talents avant d'aller à l'émission, quand on rentre à l'hôtel. On essaie même de les soudoyer même pendant les séances de maquillage… (rires)

Natasha – Marc essaie de déstabiliser mon équipe, j'ai hyper peur qu'il les perturbe. Mais je me vengerai! On est très compétitifs, mais ça se passe dans le respect.

Comment faites-vous pour ne pas "dénaturer" vos talents et respecter leurs goûts?

Natasha – J'ai utilisé ma fameuse tablette Samsung. (rire) Je l'ai remplie de morceaux que j'ai fait écouter en long et en large à mon équipe. En fonction de leurs préférences, j'ai déterminé leur identité musicale. Je leur propose donc des chansons qui correspondent à cet univers et ne leur impose jamais rien.

Marc – Je me mets à leur place! C'est déjà assez difficile de se retrouver devant 17 caméras et de savoir que 600.000 personnes vous regardent de chez eux. On ne va pas en plus leur faire chanter des chansons qui les mettent en péril… En tout cas, moi à leur place, je dirais non.

Avez-vous déjà des chouchous?

Marc – Oui, et même dans les équipes des autres, car certains talents nous sont passés sous le nez… Heureusement, cette année, il y a la règle du "talent volé" qui nous permet de récupérer un talent éliminé aux duels. Ca laisse de l'espoir et ça redynamise la phase des duels qui était trop figée.

Quel genre de talents voudriez-vous acquérir avec cette nouvelle règle?

Natasha – Moi? J'aimerais bien des garçons parce qu'il y a déjà beaucoup de filles dans mon équipe! J'ai très, très envie d'aller voler du talent chez Marc. Il a su les mettre en valeur grâce à ses choix de chansons. En fait, ce que je recherche, ce sont les talents de Marc! (rires)

Marc – Natasha a globalement des chanteurs à voix vu ses exigences techniques beaucoup plus élevées que les miennes. Je ne suis qu'un petit chanteur de kermesse… Alors, moi, j'ai buzzé sur le charisme, l'identité vocale, c'est ce qui me parle. Je n'ai pas retrouvé ces caractéristiques dans l'équipe de Natasha.

Natasha – Pfff… Il va pleurer quand il va entendre les duels de mon équipe! (rire général)

La majorité des chansons sera toujours anglo-saxonne?

Natasha – Non, j'ai mis mes talents en grand danger car je ne leur ai fait chanter que du francophone. Si on est capable de faire une balade en français, il sera facile après de chanter un morceau rythmé en anglais. Je préfère voir qui sera capable de faire passer de l'émotion dans cet exercice pour ensuite pouvoir m'amuser dans des arrangements. Je les ai bousculés.

Marc – Pareil, la moitié de mon répertoire est en français. Je trouvais ça logique que mes talents s'y colle aussi.

Qu’est-ce qui vous fait buzzer?

Natasha – Je pensais que ce serait uniquement la qualité vocale mais on s'aperçoit que les émotions passent, même de dos. L'émission m'a déstabilisée, elle m'a fait revenir sur beaucoup de convictions.

Marc – J'ai absolument besoin de me dire que le talent avec lequel je vais travailler est unique. Entre 100 chanteurs, on doit être capable de le reconnaître. C'est mon critère fondamental.

Et si je vous chante un petit bout de chanson, vous me dites ce que vous en pensez?

Marc – Non, parce qu'on te voit.

Natasha – Mais si, vas-y.

(Charlotte se lance, assez bien, dans "Proud Mary" de Creedence Clearwater Revival)

Natasha. – Je buzze… Ta voix est puissante, il faudrait juste améliorer la rythmique.

Marc – En tout cas, tu as des couilles! (rires)

[…]

Seriez-vous déjà prête à signer pour une troisième saison?
B.J. – Pourquoi pas! Mais je suis toujours un peu schizophrène… Je suis à la fois très contente de participer à ce show, et parfois, je me demande vraiment ce que je fous là! Allez, non, vivement une saison 3. 

Interview réalisée par Adrien, Charlotte, Franco, Iris, Isabelle L, Isabelle Q, Julien, Manon, Philippe, Stéphane, Tony (alias Ange Remia), Marie Frankinet, Fernand Letist et Harold Nottet.

THE VOICE BELGIQUE 2
Chaque mardi La Une 20h20

Sur le même sujet
Plus d'actualité