The Voice en demi-ton pour ses seconds blinds

A peine le second Blind et déjà les voix s'affaiblissent. Sur quatorze, seuls deux candidats sortent vraiment du lot. Quid du vivier de talents? 487.911 personnes étaient derrière leur écran. Soit quasiment 40.000 de moins que lors de la première de cette saison 4.

1273191

The Voice Belgique, c'était la modernité. La version 2.0 du télécrochet, où fauteuils qui tournent, voix atypiques et gentillesses avaient ringardisé l'académie tyrannique des graines de stars. Et pourtant, avec sa quatrième saison, le show dévoile déjà quelques faiblesses. Dont celle, pourtant primordiale, du vivier de talents. C'est qu'en deux heures de spectacle, on n'a pas vraiment vibré à l'écoute des chanteurs déplacés pour gagner leur place dans l'écurie menée par Jali, Stanislas, Chimène Badi et BJ Scott. Loin s'en faut.
 
Entre les capsules de présentation des talents à rallonge, les coupures pub et les questions ultra-inspirées de Walid, du genre "Tu t'es fait tatouer deux étoiles pourquoi? C'est l'envie de briller, de devenir une star?", le répertoire de Coldplay et les interventions à peine surjouées des coachs, on l'avoue, on s'est ennuyés. Même BJ Scott, d'habitude si naturelle, nous a étonné avec sa fausse tristesse lors des commentaires qui accompagnent la sortie des candidats non-retenus.
 
Heureusement, dans cet océan de platitude, deux candidats sont venus relever la barre pour maintenir le paquebot The Voice sur sa trajectoire. Mention spéciale pour Nathalie et sa version délicate du Sunrise de Norah Jones. Et pour finir sur une bonne note, Samuel, croque-mort de profession et sa belle gueule à la Michael Scofield, nous a également fait frissonner avec sa reprise de la version (vous suivez?) d'Ed Sheeran de No Diggity. De un pour son très joli flow, de deux parce que voir Stanislas qui entonne du hip-hop, ça n'a pas de prix.

Equipes:

Jali – Aurélie, Thomas
Chimène Badi – Oussmane, Maïté, Jessy
Stanislas – Nathalie, Aurore
BJ Scott – Samuel

Sur le même sujet
Plus d'actualité