The Voice déçoit mais ne chute pas

Ce mardi, c'est tout guillerets qu'on s'est installé dans notre canapé, enceintes sur le volume maximum pour être sûrs de ne pas rater une note après deux semaines plutôt mornes en terme de voix. Pourtant le public ne semble pas se détourner du programme avec des audiences constantes.

1266685

Et pourtant, malgré une certaine bonne volonté -notre télécommande remisée au placard peut en témoigner- un constat saute aux yeux comme aux oreilles : ce quatrième blind était sans doute le pire de toute l'histoire de The Voice Belgique.

Alors oui, il y avait des prestations mignonnes, comme celle de Lawra (oui oui, c'est comme cela que ça s'écrit) avec sa reprise de Birdy et ses quatre buzz ou encore la toute jeune Felicia et son interprétation presque tribale de I See Fire d'Ed Sheeran, mais ça fait peu. Vraiment pas grand chose à se mettre sous la dent pour attendre d'être enfin surpris par un candidat en deux heures de show. Ou même par les coachs, scolaires et un peu faux, il faut le dire, alors que c'était justement leur spontanéité qui faisait la différence.

De plus, cette saison 4 recycle à fond ses anciennes cartouches en re-présentant des talents éliminés les années précédentes. Finalement, seule l'atypique Tatiana, sa grande voix et sa robe de Barbie, nous fera frissonner de bonheur. Elle qui a remporté de nombreux concours lyriques vient sauver la toute fin de ce quatrième blind. Pour finir sur une note agréable? Chez nous, le goût est plutôt amer.

LE TOP 3 (QUI EST UN TOP 2) DE SEBASTIEN MINISTRU

1. Felicia

Désolé, les gars, mais là, on frôle la fancy fair chez Madame Marguerite. Moi, je veux bien, mais quand ça ennuie, ça ennuie ou alors c'est moi… Je ne suis plus à la bonne température, j'ai perdu ma fraîcheur, je ne retrouve plus mon chemin, je serai devenu un intellectuel que ça ne m'étonnerait pas (enfin, un intellectuel, faut pas exagérer non plus, vous voulez que je vous en montre un – d'intellectuel ? Dites non, parce qu'il va vous mettre la tête à l'envers…) Il n'empêche, je suis quand même arrivé à me dresser un Top 2 dans mon Top 3. Et c'est Felicia Mukendi, 16 ans, qui efface le péché originel de cette quatrième session de blinds qui fait passer le procès du Carlton pour une vaste chenille qui redémarre. Felicia envoie grave dans un mélange frondeur de puissance et de chaleur. Cette jeune fille a une voix soul qui vous retourne le cerveau et vous donne des envies d'évangélisation. C'est très très beau ce qu'elle a fait avec I See Fire d'Ed Sheeran (décidément gros succès de cette saison de The Voice). Une fois de plus, on ignore quel sera son destin dans le jeu ou quelle direction prendra son talent, mais c'est deux minutes payées cash méritent génuflexion et signe de crois. En passant, on comprend mal le statisme de Jali et de Chimène Badi qui ont fait du surplace, tournant le dos à cette performance descendue du ciel. Ça va le sonotone?

2. Lawra

Carton plein en revanche pour Lawra Marzano, 17 ans – cette saison sera celle des minots ou ne sera pas (même si on sait que les candidats "seniors" ont quasi zéro chance d'aller loin dans le jeu – c'est comme ça, c'est la télé, c'est aussi cruel que le Cirque Bouglione quand il montre ses tigres devant personne.) Laura a interprété People Help People de Birdy (un standard de The Voice – on compte, à ce jour, 3.270 versions dans le monde) et c'était propre comme du beau linge qui sent bon le frais. Juste, beaucoup de charme, contrôlé. On se demande quand même parfois si ces gamins et ces gamines ne sont pas des freaks tellement ils gèrent bien leur truc. Bravo à Lawra qui poursuit une autre longue tradition de The Voice: la touche italienne qui fait que Liège c'est quand même aussi un peu Rimini sous perfusion tubes de l'été. Ici se termine le Top 2 du Top 3.

Sur le même sujet
Plus d'actualité