The Voice Belgique – Ze Top 3 of Sébastien Ministru

Déjà la troisième soirée pour la 4eme saison de The Voice Belgique. Comme 477.671 autres téléspectateurs, audiences d'une stabilité chirurgicale, Sébastien Ministru était derrière son écran. Débriefing en forme de coups de coeur.

1277335

1 Khalil

Il a fallu beaucoup de courage, beaucoup de souffle et beaucoup d'indulgence pour atteindre la ligne d'arrivée de ce troisième blind et tomber sur Khalil, avant-dernier talent à se présenter sur l'autel du sacrifice. Et ça valait la peine? Bah, ouais, quand même… Il fallait vraiment le vouloir, mais on l'a eu. Ce candidat est une récompense. Récompebnse qu'on est allé chercher avec les dents, mais tout de même… Dans le genre "perle mystérieuse d'un soir", Khalil fait dans le haut niveau avec une voix androgyne troublante et vénéneuse. On peut difficilement de ne pas se faire intoxiquer le coeur par ce garçon de 19 ans qui – une fois débarrassé de son rideau (oui, c'était le total blind de la soirée, sponsorisé par quel magasin de tentures?) affiche un visage d'un beauté apaisée. On ne sait pas ce qui anime ce chanteur qui fait se rejoindre les extrêmes et les genres, mais on sent une chaleur dormante qui peut le pousser très loin. Réservé, timide, doux, Khalil n'est pas encore Antony (d'Antony And The Johnsons) mais il est à ça d'approcher la zone "Attention ange qui chante". Les quatre buzz sont huit fois mérités.

2 Jana

Cette jeune Flamande a l'ambition de faire de la musique pour, dit-elle, "réunir tout le monde". Ah, si on avait Jana à la table des négociations pour la formation des gouvernements, ça irait plus vite. Et tout se ferait avec beaucoup plus de douceur. Plus de style. Plus de délicatesse. Jana est capable – on en est sûr – d'amadouer Bart De Wever et d'upgrader le niveau de culture de Charles Michel. Avec son visage de madone descendue de son piédestal pour voir comment se comporte le genre humain (très mal, d'ailleurs – pour le moment), Jana peut apaiser les tensions. Son I See Fire de Ed Sheeran était d'une grâce inouïe et sa retenue dans l'interprétation fait plaisir à entendre en ces temps de gueulantes et brouhaha de la pensée. Les quatre buzz sont huit fois mérités.

3 Alice

Quelle sérénité! A 17 ans. Nous, on aurait à faire un demi blind, on serait agité comme une maison qui prend feu. Elle, elle vient, elle traverse la tension de la compétition en bougeant l'air comme d'autre déplace la ouate. Elle vient, elle se pointe, droite comme un cours de diction, et paf: elle te balance Youth de Daughter avec une justesse et une précision qui semble dire que les filles au visage serein et aux yeux un peu tristes sont vachement dangereuses. C'était beau, ça fichait les poils et ça faisait penser à la gravité vocale de London Grammar. Trois buzz, franchement c'est pour chicaner que le quatrième n'y est pas allé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité