The Voice Belgique: Le débriefing du 4e live

Arrivés aux portes des demi-finales, Christian et Kevin se voient débarqués de The Voice Belgique.

331651

Encore tout guilleret du live de la semaine dernière, c'est avec plaisir que nous nous installions devant ce quatrième (et avant-avant dernier) prime. Finie la torpeur des premiers essais, il va y avoir du show, du vrai. Une impression qui semble se confirmer dès les premières mesures de l'entraînant Thriller balancé par la bande des Joshua au grand complet… Pour ensuite retomber comme un flan. Car cette semaine, les coups de coeur manquaient à l'appel du tube cathodique. La présence de Gérard Lenorman, plus conseillé à une célèbre émission du dimanche après-midi qu'à un direct ciblé jeune, la nouvelle passion de la styliste pour le mauve et l'extinction de voix de Lio ne viennent rien arranger… Mais ce n'est rien, ça ira mieux mardi prochain!

Heureusement, certains talents réussissent à sortir leur épingle du jeu. Les filles, principalement. La première à se démarquer n'est autre que Giusy. Lancée dans son interprétation du célèbre Goldeneye de Tina Turner, cette frêle demoiselle s'est transformée en authentique James Bond Girl, laissant le caméraman zoomer à l'envi sur sa plastique. Il ne manquait plus qu'un certain Pierce… Mais passons. C'est au tour de Lubiana de rentrer sur scène. Un peu à côté de ses pompes, elle en impose tout de même sur ce morceau de Lauryn Hill: c'est sa came! Le pari est également réussi pour Caroline, qui s'illustre, à son tour, dans une jolie version du difficile Seven Days de Craig David.

Pour les garçons, retenons le duo de Jali et Christian, pour qui l'occasion de montrer son talent est enfin venue… avant d'être gentiment remercié par ses coachs à la faveur de Mathieu. Ajoutons d'ailleurs le passage décalé du chanteur lyrique sur un réarrangement de Metallica, surréaliste mais amusant, même quand il se mue en koala pour mieux s'agripper à une Maureen-branche, et l'on aura fait le tour des moments « forts » de la soirée.

 

Voice +

  • L'alchimie. Aussi bien entre coachs qu'entre talents.
  • Le duo rassemblant Lio et B.J. Scott sur Vieille Canaille, complètement inattendu mais assez réaliste.
  • Nicolas Dorian (coach vocal), l'orchestre, les choristes et la nouvelle troupe de danseurs.

Voice –

  • La dispensable transformation de Daisy en Castafiore, saucissonnée dans une robe mauve longue et brillante.
  • L'absence totale de voix de Gérard Lenorman et de Lio. Aïe.
  • L'extrême cynisme des Twitters: la méchanceté devient un sport.
  • La RTBF semble avoir du mal à choisir son camps, oscillant en permanence entre le ringard et le cool.

 

C'est dit :

"Pour Mathieu, l'anglais, c'est un concept" – Greg

"Il fait partie du gland des Joshua" – Maureen, léger lapsus

Sur le même sujet
Plus d'actualité