The Voice Belgique: Florent remporte la 4ème saison

Alors que BJ Scott pointait encore hier soir qu'elle espérait qu'une fille remporte enfin The Voice Belgique, la loi des garçons (ou plutôt celle des filles qui votent) a encore fait son petit effet lors de la grande finale : c'est finalement Florent, le poulain de Chimène Badi, qui remporte cette quatrième saison du tele-crochet de la RTBF, la voiture et le contrat dans une maison de disque qui va avec.

1354199

Une excellente nouvelle pour le garçon des Ardennes à la voix caverneuse, à la dégaine plutôt gauche et au look… inexistant, merci à la styliste de l'émission. Non, non, on ne mentionnera pas la tenue en jeans digne d'un mauvais épisode Chuck Norris que le jeune chanteur a encore du arborer hier soir en chantant I Need A Dollar. Ni la robe de soirée-drapée de Maureen Louys.

Mais la victoire de Florent, n'en déplaise à certains, c'est une excellente nouvelle pour nous, aussi, qui ne seront de fait pas obligés d'entendre un single mi-pop, mi-lyrique de Tatiana matraqué sur les ondes. Il faut dire que sa reprise du complexe Chandelier de Sia nous a plus donné envie de jouer au Cluedo que d'augmenter le volume de la stéréo.

Dommage pour Carmen, par contre, et sa belle énergie, son timbre chaud et son jazz. Mais pas de doute qu'un jour, sous la houlette d'une BJ Scott désespérément perdante malgré quatre éditions du télé-crochet, la belle brune sorte un EP.

Pour le reste, on peut le dire: ça y est, c'est fini. On s'est bien marrés, et ce malgré des blinds un peu mous, les seize semaines de cette quatrième édition de The Voice Belgique nous auront bien fait marrer. Merci au coiffeur de Chimene Badi pour ces moments d'anthologie, aux choix des morceaux un peu (trop?) actuel, à l'envie des talents dont un certain Ovni nommé Khalil, à une Barbara solaire, mais aussi à une Juliette délicate. On retiendra également le sourire de Jali comme un phare dans la nuit, les bonnes vannes de Maureen Louys et les perles de Walid. Mais aussi un tout petit manque de sincérité. Allez, on se dit à l'année prochaine?

Sur le même sujet
Plus d'actualité