Violeta went to heaven

Voilà un film aussi incorruptible que l'artiste qu'il raconte. Violeta Parra. Poétesse, chanteuse et peintre, sorte de Frida Kahlo chilienne.

616487

Andrès Wood (Mon ami Machuca) signe un portrait de femme aux
allures de grand oiseau blessé, un parcours émotionnel et intérieur
d’une vérité redoutable, de son enfance sauvage dans la campagne
chilienne à son suicide en 1967.

Pourtant, rien de désespéré dans
cette vie brûlée par les deux bouts, consumée par l’amour et la
création. Tout explose de vie dans le parcours de Violeta comme
dans l’interprétation flamboyante de Francisca Gavilán.

Celle d’une
femme qui conseillait aux jeunes artistes: "Criez, ne chantez pas.
Soufflez dans une guitare, tapez sur une trompette. Détestez les
maths, embrassez le chaos. La création est un oiseau sans plan de
vol. Parce qu’on ne vole pas en ligne droite
". à découvrir.

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Violeta went to heaven
Réalisé par Andrès Wood.
Avec Francisca Gavilán et
Thomas Durand – 110.

Plus d'actualité