The Vaccines virent leur cuti

Les rengaines de stade du premier album du quartette londonien "What Did You Expect from The Vaccines" (arrivé jusqu’à la quatrième place des charts britanniques), certes accrocheuses mais souvent niaises, sont loin! 

493167

Elles cèdent la place à un deuxième disque "The Vaccines Come Of Age" plus rugueux (Bad Mood) ou aventureux (Ghost Town) mais toujours très immédiat. Pour preuve, leur concert à Werchter en juillet dernier, au cours duquel le public de la Main Stage est parti en furie sur certains nouveaux morceaux pourtant encore jamais entendus auparavant.

Pourtant, ce talent inné pour écrire des mélodies aussi sémillantes que sautillantes ne suffit plus pour combler les quatre lascars. Témoin la chanson Teenage Icon dont le refrain proclame: "Pas question d’être un poster accroché dans une chambre d’ado." Bref, la mission des Vaccines est désormais bien claire: gagner en crédibilité.

Ou, comme nous le confie plus concrètement le chanteur Justin Young, "ne plus entendre que nous ressemblons aux Strokes, aux Ramones ou à Blur, mais plutôt que nous sonnons comme les Vaccines. Je sais que ce n’est pas pour demain, mais on y travaille". Toujours aussi courtes dans la durée, leurs chansons sont plus élaborées.

Et, à la maturité acquise ("The Vaccines Come Of Age", titre de leur nouvel album qui peut se traduire par "Les Vaccines deviennent adultes") s'ajoutent aussi de nouvelles ambitions. "La scène rock regorge de groupes qui se disent underground et qui sont heureux de fixer leurs chaussures en jouant devant 20 personnes. C'est ridicule, personne ne peut durer dans la musique tout en restant férocement indépendant. Même Iggy Pop s’est mis à jouer dans des publicités. Mais il n’est pas devenu un musicien mineur pour autant. Moi, je ne veux pas être cool, je veux être bon."

Teenage Icon

Le 19/10 à l'A.B.

The Vaccines
The Vaccines Come Of Age
Sony

Sur le même sujet
Plus d'actualité