Une nuit

Un polar à l'ancienne avec un Roschdy Zem épatant. Comme d'habitude.

325065

Paris. Une nuit. Simon Weiss (Roschdy Zem) est commandant à la mondaine. Son boulot: arpenter les bars, les clubs et les bordels de la ville pour rendre compte de l'activité des truands à ses supérieurs. Mais la nuit reste la nuit.

Simon a un droit de vie ou de mort sur les établissements de la capitale. C'est pourquoi il est reçu partout avec de grands sourires. Mais aussi avec des propositions d'arrangement qu'un homme ne peut pas toujours refuser. A force de côtoyer les voyous, il en est peut-être devenu un. "On devient le monde dans lequel on trempe", dit-il d'ailleurs.

C'est pourquoi il est, cette nuit-là, celle où tout va basculer, pisté par l'inspection générale des services. Flanqué d'une recrue (la jolie Sara Forestier), il va donc une fois de plus, sous une pluie battante qui donne toute son ambiance au film, arpenter les endroits chauds de la capitale.

Lent et tendu, Une nuit est un film sans esbroufe, d'une simplicité implacable. Un polar à l'ancienne, un vrai. Avec la pluie, la nuit, des gueules, un ton, des personnages qui ne sont pas ce qu'ils laissent entrevoir, des putes aimantes, des indics têtes à claques.

Et puis, il y a Roschdy Zem, une fois de plus impeccable. La classe naturelle, le regard du prédateur qui sait attendre le bon moment pour mordre. Ici, pas de poursuites ni de coups de feu, juste une plongée dans la nuit, ses tentations et ses méandres. En douceur. Et profondeur.

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Une nuit
Réalisé par Philippe Lefebvre (2011). Avec Roschdy Zem, Sara Forestier, Samuel Le Bihan – 100'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité