Underworld Awakening

Kate Beckinsale est, comme actrice, à l’image de la veste Agnès B qu’elle arbore parfois sur les tapis rouges: pas flamboyante mais qui va avec tout.

327567

La preuve avec ce quatrième volet d’Underworld où elle perpétue avec un air concerné ces luttes intestines, sortes de ménages à trois entre humains, Vampires et Lycans. Au programme: action, explosions, effets spéciaux souvent loupés, scénario plutôt indigent et scènes gore indigestes. Les fans les moins regardants de la saga retrouveront peut-être sans déplaisir un terrain (trop) connu.

Les autres ne se consoleront qu’avec la tenue moulante de la Miss, croisement entre les accessoires Grand-Guignol de Halle Berry dans Catwoman et le fétichisme désuet du cuir rouge de Liz Hurley dans Endiablé.

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Underworld Awakening
Réalisé par Mans Marlind et Bjorn Stein (2010). Avec Kate Beckinsale, Stephen Rea, Michael Ealy – 90’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité